La philosophie, voilée, sera enseignée dans les salles de classe en Arabie Saoudite

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La philosophie, voilée, en Arabie Saoudite

INTERDITE DEPUIS DES DÉCENNIES, LA PHILOSOPHIE REFAIT SURFACE DANS LES SALLES DE CLASSE ARABES SAOUDIENNES

L'objectif étant que la pensée philosophique soit enseignée de manière à renforcer les doctrines religieuses dominantes.

Les éducateurs saoudiens ont commencé à préparer à  l'introduction de l'étude de la philosophie dans les écoles du royaume.

En collaboration avec des experts britanniques, ils ont commencé à former 200 instructeurs qui enseigneront aux élèves du secondaire cette matière interdite dans le programme depuis des décennies.

Le ministre saoudien de l'Éducation, Ahmad al-Issa, a annoncé cette initiative au début du mois lors d'une conférence internationale qui s'est tenue dans cette nation sunnite et musulmane ultra-conservatrice.

"Les programmes des lycées seront reformulés et les nouveaux développements seront annoncés prochainement. Ils incluront la pensée critique, car il s'agit d'une tentative d'inclure des principes philosophiques à l'école secondaire. Cela s'ajoute aux cours sur les principes de droit qui seront bientôt lancés ", a déclaré M. Issa au cours de l'événement.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la Vision 2030 du Prince héritier Mohammed bin Salman, un ambitieux programme de réformes qui vise à réduire la dépendance du pays à l'égard des revenus pétroliers en améliorant son économie et ses services publics tels que l'éducation, la santé, les infrastructures et le tourisme.

Certains observateurs ont salué l'inclusion de la philosophie dans les salles de classe d'Arabie saoudite, un ajout qui va selon eu dans la vision éducative de bin Salman qui est fortement axé sur l'éducation numérique et les matières STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques).

D'autres, cependant, sont sceptiques quant à ce qu'implique exactement la "philosophie" ou la "pensée critique".

Dhari Salman, un éducateur koweïtien, a déclaré à The Media Line que le royaume a fait un grand bond en avant en introduisant la philosophie.

"Il ne faut pas ignorer ou faire le dénis que derrière tout ça la volonté est avant tout religieuse, a-t-il qualifié. "Il est courant chez les anciens conservateurs de voir la philosophie comme un outil du diable au lieu d'un processus de libre-pensée."

Les étudiants, a expliqué M. Salman, vont devoir apprendre deux éléments cruciaux de la philosophie, à savoir la logique et la pensée critique.

"Ils doivent apprendre à établir la vérité des déclarations fondées sur la raison. La critique est un outil qui a aidé les plus grands esprits à sortir des sentiers battus. La plupart d'entre eux ont les compétences et l'enseignement appropriés pour le faire ; les écoles devraient ouvrir la voie aux élèves à cet égard."

Le problème, cependant, c'est que "la théologie est la préoccupation première dans la vie quotidienne des citoyens saoudiens dès leur naissance. S'ils se heurtent à des critiques de la vision islamique de la politique et de la société en classe, il y a de fortes chances qu'il y ait de vives disputes."

À partir des années 1960, le cheikh Abdel-Aziz bin Baz et d'autres savants religieux saoudiens très vénérés ont publié plusieurs fatwas (décisions islamiques) interdisant l'enseignement de la philosophie dans les écoles. Ils considéraient le sujet comme "hérétique" et "maléfique" - une menace pour les piliers de la société.

Edward Flood, un éducateur américain qui a vécu et travaillé en Arabie saoudite pendant plus de 30 ans, a déclaré à The Media Line que le " système philosophique " du royaume - si vous voulez l'appeler ainsi - est basé sur le Coran et les enseignements de l'Islam Wahhabi.

"Le système n'est pas un système qui encourage la pensée libre ou critique. Au lieu de cela, elle inculque l'obéissance à un ensemble de règles qui sont bien connues et bien appliquées par la police religieuse, qui a été rendue presque impuissante par MbS[bin Salman] mais qui exerce toujours une forte force sociale en ce qui concerne le comportement.

"J'ai lu que les cours, a précisé Flood, seront donnés aux instructeurs, mais qui les enseignera et, surtout, qui choisira les éducateurs ? Quelqu'un ou un groupe aura beaucoup de pouvoir lorsqu'il s'agira de " façonner " les esprits saoudiens. En étant cynique je dirais que  j'ai connu beaucoup d'idées de ce genre qui ont été accueillies en grande pompe, mais qui n'ont ensuite abouti à rien pour toutes sortes de raisons."

Football : tollé autour de la Super Coupe d'Italie, organisée en Arabie saoudite avec des tribune spécifiques pour les femmes

Football : tollé autour de la Super Coupe d'Italie, organisée en Arabie saoudite avec des tribune spécifiques pour les femmes

Flood a conclu que si la philosophie est enseignée telle qu'elle est enseignée en Occidental elle transformerait sans aucun doute  à la fois l'éducation et la société saoudiennes. " Et cela conduira inévitablement à remettre en question le gouvernement et la façon dont les choses se font dans le royaume, une proposition dangereuse pour la famille royale."

Fatima al-Matar, professeure de droit à l'Université du Koweït, a également fait part à The Media Line de ses doutes quant à l'enseignement de la philosophie dans le monde musulman, en général, et en Arabie saoudite en particulier.

"Dans une région où le Coran est considéré comme la vérité absolue, la loi ultime et le seul guide d'un mode de vie vertueux, quelle peut être la signification de la philosophie ? demanda-t-elle rhétoriquement.

"Vivant au Koweït, un pays dont le système social, politique et éducatif est très semblable à celui de l'Arabie saoudite, j'ai été offensé lorsque j'ai lu dans le manuel d'Islam de ma fille de 12 ans qu'un musulman n'a pas la liberté de lire ce qu'il ou elle veut".

ALLIANCE-COMMUNICATION
Expert Communication digitale
Ecoutez-nous sur Judaïques FM 94.8
France :01 70 00 75 75
Israël : 054 700 74 70

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi