La nouvelle Terre serait-elle trouvée ?

Actualités, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
IMAGE: K2-18B AND ITS NEIGHBOUR, NEWLY DISCOVERED K2-18C, ORBIT THE RED-DWARF STAR K2-18 LOCATAED 111 LIGHT YEARS AWAY IN THE CONSTELLATION LEO. view more 

CREDIT: ALEX BOERSMA Image d'artiste montrant l'exoplante K2-18 B et sa voisine rŽcemment dŽcouverte K2-18C,en orbite autour de l'Žtoile naine rouge K2-18 , ˆ 111 annŽes lumires de la terre, dans la galaxie du lion. 
© ALEX BOERSMA

Cette exoplanète est la première d’une taille proche de celle de la Terre à présenter une atmosphère humide. Mais les chercheurs restent prudents sur son « habitabilité ». Son nom provisoire est K2-18b

Un nouveau monde, favorable à la vie, hors de notre Système solaire, a-t-il été découvert ?

Les astronomes de l’University College de Londres sont d’abord restés prudents lorsque la question leur a été posée au cours d’une conférence de presse, mardi 10 septembre, lors de laquelle ils ont présenté des observations publiées le lendemain dans la revue Nature Astronomy. Avant de s’avancer un peu plus. « C’est potentiellement un second monde habitable. Le premier étant le nôtre », selon les mots d’Ingo Waldmann, l’un des auteurs de cette étude.

La preuve ? En étudiant une exoplanète – une planète en dehors de notre Système solaire –, ces chercheurs ont identifié un élément-clé pour la vie : les premières traces de vapeur d’eau dans son atmosphère. Jusqu’à présent, de telles molécules n’avaient été repérées que dans le ciel de planètes de type géante gazeuse, cousines de Jupiter, trois cents fois plus grosses que la Terre, et peu favorables au développement d’une vie proche de la nôtre. Cette fois, il s’agit d’une super-Terre, seulement huit fois plus massive que notre planète.

Températures clémentes

Et le cocon vaporeux décrit par les chercheurs se développe dans de meilleures conditions, à plus de 110 années-lumière tout de même de la Terre. Il entoure la planète K2-18 b, qui fait le tour de son Soleil en 33 jours seulement, à une distance de 21 millions de kilomètres (soit bien moins que Mercure autour de notre Soleil). Cette distance et la nature peu active de l’étoile assurent des températures clémentes comparables à celles observées sur la Terre. D’où le terme de « zone d’habitabilité » retenu par les chercheurs et la revue, dans le titre de l’article pour qualifier la région dans laquelle orbite la planète. De l’eau liquide pourrait y persister, car K2-18 b n’est ni trop proche de son étoile, ce qui vaporiserait l’eau et la ferait disparaître, ni trop éloignée, auquel cas elle serait gelée.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi