La ministre de l'Alyah dénonce le racisme en Israël et veut rapatrier tous les Juifs d'Ethiopie

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
PNINA TAMANO-SHATA: Nous sommes la génération qui méritait d'être celle qui est retournée à Sion, et nous devons encourager l'aliyah parce que c'est la maison de tous les Juifs. (crédit photo: MARC ISRAEL SELLEM / LE POSTE DE JÉRUSALEM)

La ministre de l'Alyah espère amener tous les Juifs de Falash Mura en Israël dans 2 ans

IMMIGRATION: «Nous ne voulons pas que les immigrants souffrent des mêmes problèmes que nous avons vus dans le passé»

En moins de 24 mois, l'État d'Israël, qui a été construit sur le principe fondateur du rassemblement des exilés du peuple juif, a eu quatre ministres de l'Immigration, dont trois ont été nommés par intérim et dont un était premier ministre.

Après la formation du gouvernement le mois dernier, le pays a finalement obtenu un nouveau ministre permanent de l'alyah et de l'intégration, MK Pnina Tamano-Shata du parti bleu et blanc , qui à l'âge de 39 ans est devenu le premier ministre éthiopien-israélien né en Éthiopie.

Tamano-Shata entre en fonction à un moment étrange pour un ministre de l'Immigration. D'une part, l'intérêt pour l'alyah a considérablement augmenté dans plusieurs parties du monde en raison de la pandémie de COVID-19 et des effets qu'elle a eu sur plusieurs grandes communautés juives.

Dans le même temps, le nombre d'immigrants arrivant a fortement diminué en raison des nombreuses difficultés posées par la crise sanitaire mondiale, créant un défi unique pour l'État juif: comment gérer le potentiel de l'alyah de masse, compte tenu des contraintes logistiques et bureaucratiques.

Tamano-Shata reconnaît les difficultés et attribue la baisse du nombre d'immigrants en 2020, par rapport aux chiffres de 2019, à l'arrêt de l'écrasante majorité des vols commerciaux sur lesquels les immigrants arrivent.

Mais elle insiste sur le fait que le chiffres d'immigration attendu par son ministère est de
90 000 au cours des 18 prochains mois  est possible si les plans concrets sont élaborés et mis en œuvre.

«Dès la réouverture du ciel, nous pouvons commencer à éliminer le goulot d'étranglement qui s'est développé pour les immigrants prêts à venir», a déclaré le ministre.

Elle est également consciente des échecs passés, tels que le manque apparent de capitalisation de l'intérêt accru pour l'alyah des Juifs français après les attaques terroristes contre la communauté en 2015.

Et elle note que l'alyah de masse n'aura pas lieu si ceux qui arrivent en premier éprouvent de graves difficultés, ce qui en fin de compte dissuade les autres de venir.

«Il existe un lien réciproque entre l'alyah et l'intégration. Si l'absorption ne se passe pas bien, les immigrants potentiels en entendront parler chez eux et ne voudront pas venir. »

Reprenant certains un des plus grands défis rencontrés par les immigrants français depuis 2015, est celui lié à la courte journée scolaire par rapport à la France et d'autres pays occidentaux, Tamano-Shata dit que les activités parascolaires devraient être subventionnées pour ces immigrants , des assistants supplémentaires ont été fournis pour les aider à surmonter les barrières linguistiques à l'école et davantage d'études linguistiques en oulpan ont été dispensées aux immigrants qui veulent plus que le cours de base.

Et elle est consciente de l'un des plus grands problèmes et moyens de dissuasion contre l'alyah est le souci de trouver un emploi, notant qu'actuellement 28% des nouveaux immigrants sont au chômage en raison de l'épidémie de COVID-19, "un chiffre très inquiétant", dit-elle.

Tamano-Shata dit qu'elle "se bat donc avec le ministère des Finances" pour un budget spécial pour aider les nouveaux immigrants à trouver un emploi, qui serait utilisé pour encourager les employeurs à embaucher de nouveaux immigrants en subventionnant une partie de leurs salaires.

En outre, les nouveaux fonds seraient utilisés pour accroître la formation professionnelle des nouveaux immigrants dans divers domaines.

«Il ne faut pas beaucoup d'argent pour aider les nouveaux immigrants, pour leur montrer que nous sommes une maison chaleureuse pour eux, parce qu'ils ne sont pas nos invités, c'est leur maison», ajoute-t-elle. «Nous sommes la génération qui méritait d'être celle qui est retournée à Sion, et nous devons encourager l'alyah parce que c'est la maison de tous les Juifs.»

S'agissant de l'échec persistant à rassembler les quelque 7500 membres de la communauté Falash Mura, tel que résolu par la résolution 716 du gouvernement en 2015, Tamano-Shata dit qu'elle élabore un plan global pour mettre fin à la saga interminable.

La communauté Falash Mura faisait à l'origine partie de la plus grande communauté juive Beta Israel en Éthiopie, mais s'est convertie au christianisme à la fin du 19e siècle.

Après l'alyah de masse de la communauté Beta Israel, Israël a ensuite amené la majorité de la communauté Falash Mura en Israël également, bien qu'encore 12 000 à 14 000 personnes restent actuellement dans les camps d'Addis-Abeba et de Gondar, où ils se sont rassemblés.

Environ 9 000 personnes ont obtenu le droit de venir en Israël en vertu des principes de regroupement familial, car les Falash Mura n'ont pas le droit à la citoyenneté en vertu de la loi du retour, puisque leurs ancêtres se sont convertis au christianisme

En raison des différents termes de critères utilisés par l'État pour amener le Falash Mura en Israël, les familles étaient souvent divisées, ce qui permettait à certains parents de venir en Israël alors que leurs enfants adultes ne l'étaient pas, leurs frères et sœurs étaient laissés pour compte ou les enfants amenés sans Leurs parents.

Malgré la décision du gouvernement de 2015 qui devait apporter à Israël 9 000 de la communauté d'ici 2020, 7 000 à 7 500 restent.

Tamano-Shata dit qu'elle a récemment rencontré le ministre de l'Intérieur Arye Deri, qui a l'autorité ultime sur l'immigration des Falash Mura, pour discuter de la question, et dit qu'il est empathique avec le sort de la communauté.

«Nous devons amener immédiatement le reste des 7 000 personnes qui attendent là-bas», a déclaré la ministre, réaffirmant ses commentaires de la semaine dernière selon lesquels «ce n'est pas juif de diviser les familles».

Et elle dit qu'un comité public devrait être mis en place pour examiner les revendications des autres résidents du camp, avec la participation des kessim, les chefs religieux de la communauté juive éthiopienne, qui sont des experts de sa généalogie.

Ceux qui ne sont pas acceptés doivent recevoir «une réponse définitive» et, avec l'aide du gouvernement éthiopien, des dispositions adéquates en matière de résidence dans leurs villes, ce qui leur est actuellement refusé.

Surtout, dit-elle, les camps doivent être fermés, dans le cadre de son plan global, car, affirme-t-elle, «les camps continueront sinon de croître».

Tamano-Shata est toutefois prudente quant à la discussion des détails précis de la manière dont l’alyah des personnes approuvées sera budgétisée et du type d’échéancier.

Elle dit, avec hésitation, qu'elle espère que ceux qui restent en Éthiopie pourraient être amenés ici "de 18 mois à deux ans", et que le budget pour cela pourrait être dans le prochain budget de l'État.

Le plan, que le ministre espère soumettre au gouvernement d'ici la fin de l'année, devra cependant être approuvé par le cabinet malgré la résolution de 2015.

TAMANO-SHATA a également abordé l'impact, ou son absence, de l'effusion mondiale actuelle de la demande de justice raciale, après le meurtre de George Floyd aux États-Unis.

Notant le racisme et la discrimination dont la communauté éthiopienne-israélienne a fait l'objet, notamment la sur-police et la brutalité policière, elle dit qu'elle ne pense pas qu'il y ait suffisamment de solidarité en Israël avec le sort de la communauté.

En particulier, Tamano-Shata observe que si certains Israéliens, y compris des célébrités, ont exprimé leur soutien au mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, ils ne soutenaient pas suffisamment la communauté éthiopienne lorsqu'elle a protesté l'année dernière lors du meurtre de Solomon Tekah par une police. officier.

«Quand c'est loin, on peut s'identifier à la lutte d'un peuple, mais quand c'est plus près de chez soi, c'est plus difficile, apparemment», dit-elle.

«Notre génération n'est pas disposée à souffrir, et à juste titre. Je suis au siège du comité ministériel pour l'intégration des juifs éthiopiens et je lutterai contre le racisme et la discrimination. Je n'accepterai pas que nous sommes largement surreprésentés dans les affaires pénales ouvertes contre des jeunes éthiopiens, le taux de détention élevé des jeunes éthiopiens. »

Elle a ajouté que le ministère public devait prendre plus fermement la main contre la police accusée de recourir à une force excessive, et en particulier que les charges retenues contre l'officier qui avait tué Tekah n'étaient pas suffisamment sévères.

«Il n'y a pas assez de solidarité raciale ici en Israël. Au moment de la vérité, non. Les Blancs doivent cesser d'avoir peur des Noirs. Les Blancs doivent cesser de regarder le noir comme quelque chose de négatif », déclare-t-elle.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi