La marque israélienne UgaUga fait découvrir les gâteaux maison aux chinois

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: UgaUga fait découvrir les gâteaux maison aux chinois

UgaUga, une entreprise israélienne permettant aux cuisiniers de concocter des desserts maison même sans four, satisfait l'appétit croissant des chinois pour les gâteaux.

Ronen Mechanik, un papa israélien, a envoyé à son amie chinoise Piu Piu une photo du gâteau qu'il a cuit pour l'anniversaire de son fils. Comme beaucoup de jeunes professionnels en Chine, Piu a pris goût aux gâteaux de style occidental et voulait la recette.

Malheureusement, elle n’est pas parvenue à trouver les ingrédients sur place et - problème encore plus grand - ne pouvait pas cuire le gâteau à la maison car les cuisines chinoises ne sont pas équipées de fours.

Cependant, ils possèdent des cuiseurs à riz. Mechanik en a donc acheté un et a multiplié les tentatives jusqu'à parvenir à y cuire son gâteau. Puis il a envoyé un mélange préparé d'ingrédients secs à Piu avec les instructions.

En quelques jours, Mechanik a reçu par WhatsApp des dizaines de commentaires enthousiastes sur les images du gâteau que Piu avait cuit pour la fête d'un ami. Tout le monde voulait savoir comment le réaliser.

Après un long processus de réflexion avec des chefs d'entreprise chinois, une étude de faisabilité économique et un groupe de discussion axé sur les consommateurs, Mechanik et Piu ont lancé le kit de pâtisserie UgaUga en novembre dernier avec l'aide du spécialiste du marketing international Nir Manor, du pâtissier Eran Shvartzbard, de Mel Moskowitz - et de quelques investisseurs chinois et israéliens qui ont vu son potentiel.

Chaque kit est livré avec un petit moule en aluminium calibré pour s'adapter à l'intérieur de la riseuse, un paquet d'ingrédients secs, des décorations et des outils spéciaux pour préparer le gâteau en moins de 20 minutes après l'ajout d'œufs et d'huile.

L'un des kits UgaUga

L'un des kits UgaUga

"Uga" signifie "gâteau" en hébreu. Les principaux leaders d'opinion des groupes de discussion de Shanghai ont choisi ce nom parmi une liste de 20 suggestions en chinois, en anglais et en hébreu.

"Ils sont tombés amoureux de "UgaUga". Bien qu'il n'existe pas de traduction directe en chinois, le son "ga"  est utilisé pour des choses savoureuses," a expliqué Mechanik. "Ils aiment aussi la connexion à l'hébreu. Le fait que nous soyons natifs d'Israël fait partie de notre positionnement. Ils savent que les Israéliens sont novateurs et créatifs. "

Les gâteaux UgaUga sont peut-être faciles à faire, mais la "cuisson" de l'entreprise a été plus compliquée.

«Travailler en Chine est très difficile même si j'ai appris à parler aux vendeurs en chinois», explique Mechanik, qui est âgé de 41 ans. «Le marché est énorme et il faut faire face à toutes sortes de règles. Même enregistrer une entreprise de nourriture prend beaucoup de temps et vous ne pouvez pas commencer avant l'enregistrement. "

Mechanik et ses partenaires ont abordé la paperasserie en rejoignant l'incubateur industriel CI3 à Changzhou (près de Shanghai), créé par les entrepreneurs israéliens Zvi Shalgo et Ilan Mimon pour aider les entreprises israéliennes à se lancer en Chine dans les domaines des dispositifs médicaux, des biens de consommation et des produits avancés en automobile et industrie.

"CI3 nous a permis de travailler sous sa coupe et de commencer à élaborer UgaUga avant même son enregistrement", explique Mechanik. Il passe la moitié de son temps en Chine et l'autre moitié dans le laboratoire israélien d'essais et dans l'usine des ingrédients secs.

Mechanik a ajouté que de plus en plus de magasins de gâteaux s'ouvraient désormais en Chine.

«Tout ce que nous avons fait, c'est leur permettre de faire des gâteaux dans leur propre cuisine pour la première fois. Nous ne sauvons pas le monde, mais nous pouvons faire de vous un héros du gâteau et vous connecter avec d'autres parce que lorsque vous partagez un gâteau, il a un impact plus important que si vous achetiez un cadeau ».

Source : Israel21c

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi