La liberté d'expression fait perdre la tête en France

Actualités, Contre la désinformation, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Samuel Paty décapité en France

La liberté d’expression fait perdre la tête 

La France est le pays champion du monde pour les commémorations, les hommages , les célébrations mais loin des podiums pour la prévention !

Un enseignant est décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.
Loin de vouloir provoquer, prenant soin de prévenir ses élèves qui pourraient se sentir offensés devant elles les invite à sortir de la classe.
Ils sont tous restés pour suivre son cours sur la liberté d’expression.
Rappel tragique de Charlie Hebdo et de ses 12 victimes, morts pour avoir "blasphémé ", morts pour la liberté d'expression. Le blasphème est un droit en France comme dans toutes les démocraties.

Depuis  cinq ans et malgré cette marche mémorable du 11 janvier 2015, nous n’avons pas plus avancé dans la prévention contre l'obscurantisme de l'Islam radical, qui s'est propagé, comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux en radicalisant toujours plus et a  lamentablement échoué dans la  prévention.

Non, nous n’avons pas fait de la  prévention, en contrepartie les ennemis des démocraties se sont armés, ont compris que les fichés S sont visibles, trop visibles.

Alors ce sont des ennemis transparents qui viennent avec une arme blanche et décapite un homme sur son lieu de travail.

Cet homme, cet enseignant, était pourtant menacé, notamment par un père de ses élèves menacé verbalement sur les réseaux sociaux,  ses menaces ont trouvé écho auprès d’un homme prêt à passer à l’acte.

Pourquoi avoir attendu cet acte odieux pour parler de ces menaces ?
Pourquoi avoir attendu, aujourd'hui, pour appréhender ce parent d'élève et deux de
ses proches ? Aurions pu éviter le pire ? Nul ne le sait

Les menaces publiques doivent être prises au premier degré et doivent se distinguer de la  liberté d'expression. Les menaces publiques sont le moteur du passage à l'acte.

La France pays des droits de l’homme, certes, mais pas pour ceux qui veulent l'assassiner.
Alors quoi deux poids et deux mesures ? Oui absolument et nous y gagnerons tous.

On ne peut appliquer une loi qui protège les ennemis déclarés d’une démocratie.

Israël traque ses ennemis, ses terroristes, et reste tout de même, malgré les défis au quotidien, la seule démocratie d’un Moyen Orient.

Il est donc possible de faire de la prévention à l'instar d'Israël sans pour autant renier son identité de démocratie.

Aucune déclaration d'un quidam, sur les réseaux sociaux ne doit être considérée comme de la liberté d'expression, mais bien l'expression d'un signal d'alarme, une alerte à la prochaine bombe, au prochain acte.

La prévention peut être considérée comme une intrusion à la vie privée, oui mais son absence arme des assassins.

Il est temps de prendre au sérieux toutes menaces, on doit pouvoir continuer à dessiner ou à  montrer des caricatures de Mahomet ou de Moïse sans avoir peur d'être décapité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi