La Knesset condamne la violence de la police lors d'un mariage en Israël -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
violente confrontation de la police lors d'un mariage en israel

Une violente confrontation a éclaté hier soir à Givat Zeev lorsque les forces de l'ordre ont fait une descente dans une maison où un mariage a eu lieu contrairement aux instructions. Entre la police et les familles des mariés, une violente bagarre a éclaté qui s'est soldée par la blessure de deux civils et d'un policier.

De nombreux membres et ministres de la Knesset ont condamné la conduite de la police lors de l'incident, y compris le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana qui a écrit: "Les photos publiées sur cet incident sont dures et malheureuses. J'examinerai l'incident personnellement et en profondeur."

Zeev Elkin , le ministre de l'enseignement supérieur et des ressources en eau, a commenté l'incident et a également attaqué la police. «J'ai regardé les vidéos . D'une part, il est clair que les directives doivent être respectées et si quelqu'un les enfreint, la police doit les appliquer. D'un autre côté, les forces de l'ordre doivent faire preuve de bon sens», a soutenu Elkin.

«Lors d'un mariage, vous pouvez imposer une amende, vous pouvez exiger que les gens se dispersent, mais en faire une bagarre qui se termine par l'évacuation des personnes avec du sang sur le visage vers un hôpital? Cela n'est tout simplement pas acceptable », a poursuivi le ministre Elkin. "

Lorsque les policiers se comportent ainsi plus d'une fois lors de manifestations, on ne vous entend pas condamner la police de manière aussi flagrante.

"Il n'y a rien à comparer. Tout doit être fait avec mesure et bon sens. La police doit appliquer et faire respecter les lois , ce n'est pas agréable, et quand il y a un incident de masse, parfois on est forcé d'utiliser la force, mais quand il s'agit de la maison et de la famille et du petit nombre de personnes, il ne faut pas utiliser la force à un tel degré."

Certains membres ultra-orthodoxes de la Knesset menacent de dissoudre la coalition à la lumière de cet incident. Certains appellent cela un pogrom.

"De toute évidence, il ne s'agira pas de démanteler la coalition et je suggère de ne pas porter cet incident sur le terrain politique, ce n'est pas le lieu. Je suggère aux politiciens de se tenir en retrait l'écart. De toute évidence, il y a eu une erreur opérationnelle de la part de la police, une enquête opérationnelle approfondie est nécessaire. Jamais une telle violence  n'a été utilisée même envers des rassemblements hassidique où les instructions sont librement violées ou à la plage avec une foule de gens. "

Yitzhak Pollak, le frère de la mariée  a évoqué hier soir (jeudi) l'enchaînement des événements qui ont conduit à sa blessure. "Les flics sont entrés dans la maison, ils ont dit qu'ils voulaient mettre ma mère en garde à vue. En tant qu'enfant qui voit sa mère effrayée et ne veut pas gâcher le mariage de sa fille, je me suis intervenu devant eux." Je ne voulais pas que ça se termine mal."
Yitzhak a ajouté: "Après cela, ils ont commencé à pousser et à utiliser la force. J'ai vu ma mère tomber en arrière, je voulais éviter qu'elle ne tombe. L'un des flics m'a frappé au sol et a continué à me battre. Cela s'est vraiment mal terminé." Yitzhak qui est hospitalisé à l'hôpital Shaare Zedek, devrait être interrogé par la police à la suite de l'incident. La mère de Polak a été condamnée à une amende de 5 000 NIS pour avoir organisé le mariage.

La police de Jérusalem a rejeté les critiques de sa conduite et a répondu: "Les forces de police sont arrivées sur les lieux suite à un rapport faisant état d'une foule de dizaines de personnes. Une policière a enregistré ce qui se passait avec sa caméra a demandé à la propriétaire  des lieux de s'identifier. À ce stade, les autres personnes présentes ont commencé à déranger les policiers, et certains d'entre eux ont jeté sur eux des bouteilles en verre contenant de l'huile. "

L'avocat Itamar Ben-Gvir, qui représente la famille de la mariée dans la cour de laquelle le mariage a eu lieu, a répondu: «Même si nous avons vu des mariages du Hamas à Jérusalem-Est, je ne me souviens pas d'une réponse aussi brutale et violente de la police. La police aurait pu faire preuve de retenue . Rien ne se serait produit. "S'ils ont fait un rapport après le mariage et ont attendu s'il était si important pour eux d'ordonner des convocations pour interrogatoire. La vérité doit être dite: le sang du public ultra-orthodoxe est devenu le no man's land." C'est un geste misérable, c'est un geste illégal. Et ajouter à cela que mon client qui est hospitalisé, il est toujours menotté à l'hôpital. pure honte ».

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi