La hausse du shekel menace l'économie israélienne

Actualités, Alyah Story, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La hausse du shekel menace l'économie israélienne

Le président de l'Association des fabricants d'Israël avertit que l'augmentation accélérée de la valeur du shekel pourrait nuire sérieusement aux exportations si elles ne sont pas contrôlées.

Israël a perdu 1,3 milliard de dollars d'exportations depuis le début de 2016 en raison de l'augmentation de la valeur du shekel. Shraga Brosh, président de l'Association des fabricants d'Israël a déclaré lors d'une session d'urgence du Comité des Finances de la Knesset mardi que les exportations pourraient être complètement éliminées.

"Avant que les fabricants ne s'habituent au dollar faible, l'État devra se passer d’exportations", a déclaré Brosh au comité. "Le dollar et l'euro faibles présentent un danger imminent pour des milliers d'usines et des dizaines de milliers d’employés qui travaillent dans l'industrie, les taux de change étant un facteur crucial de la compétitivité de l'industrie israélienne".

Le Made in Israel est en péril

Le Made in Israel est en péril

Le shekel s'est renforcé à 3.53 NIS pour un dollar par rapport à 3.9 NIS du début de 2016 et à 3.95 NIS pour un euro, par rapport à 4.25 NIS pour la même période. Cette année seulement, le shekel a gagné plus de 15% contre le panier de devises.

La Banque d'Israël (BOI) a acquis de manière agressive des devises étrangères dans le but d'endiguer le fléchissement du shekel, ce qui a mené à des réserves de devises étrangères pour un montant record de 107 milliards de dollars, après des achats de quelque 5 milliards de dollars depuis janvier.

Tout le monde n'est pas d'accord avec la politique de la banque d’Israël. L'ancien directeur du département de la monnaie étrangère de la BOI, Barry Topf, a récemment critiqué la décision de transférer la réserve de change, affirmant que l'achat de dollars n'était rien de plus qu'une subvention pour les exportateurs incompétents et que la politique devrait être réévaluée.

Cependant, Brosh a salué les efforts de la BOI, en disant: «C’est tout à l’honneur de la Banque d’Israël, elle fait de son mieux. Malheureusement, on ne peut pas dire de même au sujet du gouvernement ».

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi