La France marque les 70 ans du voyage de l’Exodus vers Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La France marque les 70 ans du voyage de l’Exodus vers Israël

Il y a soixante-dix ans cette semaine, plus de 4 500 survivants juifs de l'Holocauste se sont rassemblés à bord d'un ancien vaisseau vapeur dans le port méditerranéen français de Sète, pour un voyage qui contribuerait à stimuler la création d'un Etat juif indépendant.

Dimanche, la ville a marqué la tentative audacieuse de défier ce qui était alors le Mandat de Palestine contrôlé par la Grande-Bretagne en présence de quelques survivants restants du voyage, ainsi que du Grand Rabbin de France Haim Korsia.

"C'est la dernière fois que nous bénéficions de la présence de survivants: dans 10 ans, ils seront partis", a déclaré Freddy Dran, coprésident du «Comité Exodus» et représentant de la communauté juive de Sète, près de Montpellier.

"Nous avons constaté qu’à Sète et dans la région, la moitié de la population n'a aucune connaissance de cet événement, qui a eu un impact profond sur l'histoire du XXe siècle", a-t-il déclaré, qualifiant la commémoration de "projet éducatif pour les jeunes générations".

Le sort des personnes à bord a été mémorablement immortalisé dans le film éponyme d’Otto Preminger en 1960, mettant en vedette Paul Newman.

"Embarquer sur ce navire était comme escalader le mont Sinaï", selon Isthak Roman, dont le père était à bord, s’exprimant lors de la cérémonie de dimanche.

Dans la nuit du 10 au 11 juillet 1947, un bateau étrange débordant de gens, la plupart des survivants de camps de concentration nazis, a lentement commencé à sortir du port, officiellement à destination de la Colombie.

L'opération a été montée par la Haganah, une organisation juive pré-étatique en Israël, qui avait acquis le bateau à fond plat initialement destiné uniquement à la navigation fluviale, avant de faire transiter discrètement en Méditerranée.

Durant cette même période, le groupe a commencé à faire venir des milliers d'immigrants potentiels à Sete à bord de plus de 170 camions.

"Si nous n'avions pas décidé de prendre en charge rapidement ces 4,554 personnes, nous aurions eu de sérieux problèmes", a déclaré le chef du convoi de camion, l'un des cinq résidents sétois au moment de la cérémonie d'anniversaire.

Exodus 47

Exodus 47

"La Haganah était derrière cette opération entièrement clandestine, très peu de gens à Sète étaient conscients de ce qui se passait", a déclaré Gustave Brugidou, président d'une société historique de la ville.

La plupart des résidents se sont concentrés sur les coureurs du Tour de France car la course cycliste a traversé la ville le 10 juillet. Ils ont "été étonnés de voir tous ces gens arriver sur Mole Saint Louis habillés en vêtements d'hiver au milieu de l'été", a-t-il déclaré, se référant à la jetée du port.

Les passagers, représentant une multitude de nationalités et incluant environ 1 700 femmes et 950 enfants, se pressaient sur le bateau encore connu sous le nom de "President Warfield".

Leur but était de percer l'infâme blocage britannique de l'immigration juive en Palestine, où le mouvement sioniste espérait créer un État juif. Le 16 juillet, le navire a été rebaptisé «Exodus 47», référence à l'exode biblique de Moïse et le drapeau portant l'étoile de David a été hissé.

Si les Juifs d'Europe avaient été autorisés dans la Palestine contrôlée par le Mandat britannique, beaucoup auraient pu être sauvés. En l'occurrence, les Britanniques se sont rendus à la pression des Arabes, empêchant les Juifs d'échapper à l'Holocauste et refusant d'accepter des survivants.

Deux jours plus tard, un navire de la marine britannique qui traçait l'Exodus l'a intercepté à quelques dizaines de milles de la côte palestinienne, dans une confrontation qui a entraîné au moins deux décès.

"Le commandant du navire leur a demandé d'arrêter le combat, a-t-il déclaré :"Ma mission est d'amener les Juifs en Israël en vie, pas morts ", a rapporté en hébreu Yossi Bayor, âgé de 15 ans au moment des faits.

Les Britanniques ont rassemblé les passagers et les ont placés dans des navires-prison vers la côte française, où ils ont refusé de débarquer. Après plusieurs semaines, ils ont été dirigés vers Hambourg, en Allemagne, dans la zone contrôlée par les Britanniques où les survivants de l'Holocauste ont été replacés dans des camps.

"Les conditions étaient terribles, nous n'avions pas de couchettes, tout le monde était sur le sol", a rappelé Bayor.

L’Etat d’Israël a été créé quelques mois plus tard.

Le nom de Palestine pour la région a été inventé par les conquérants romains qui ont détruit le Second Temple en 70 C.E en signe de vengeance pour la lutte menée par les forces juives. Il se référait aux tribus philistines venues des îles grecques et étaient un ennemi implacable des Juifs en période biblique. Elles n'avaient aucun lien avec les Arabes qui se disent palestiniens aujourd'hui.

Source : Arutz 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi