La FICJ Fédération internationaledes communautés juives accusés de fraude. Fausses pub.

Actualités - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

ficj-escroquerie.jpgUn site internet ficj.net qui s'auto-proclame  être la fédération internationale des communautés juives est accusé de fraude envers des commerçants et PME, en Suisse et en France.

Totalement inconnu par les institutions juives de France et de Lausanne.

Leur mode opératoire est assez simple , ils vendent à ces commerçants et chefs d'entreprises des campagnes emails d'un fichier "fantômes" de 700 000 adresses de la communauté juive, indication de prix  également  aléatoire, selon Monsieur Patrice Mathé, pour indication un fichier de 50 000 adresses  était loué à  1300 euros. ça fait rêver.

La fraude a été révélée quand ces mêmes chefs d'entreprise ne voyant rien venir sur leur site en terme de retours,  pas mêmes  en terme de traffic,ont eu la bonne idée de rentrer en contact avec les autres annonceurs dont la publicité étaient diffusée sur le site ficj.net .Celles-ci étaient offertes en contre partie d'une campagne de mails qui elle était payante...

Et  là surprise tous logés à la même enseigne ,en choeur : pas de traçabilité de ces campagnes de mails, pas de BAT pour la maquette html, pas de retours, pas d'augmentation de statistiques et pas de rapport d'ouverture à l'issue de ces campagnes.

Les encarts de publicité de grandes enseignes, dans le but de rassurer les clients, sur le site étaient du plagiat,récupérées sur d'autres sites. Fallait y penser ...:-)

De notre côté nous avons contacté Gilles Chiche au téléphone, ses coordonnées figurant à l'enregistrement du nom de domaine  FICJ.net  qu idéclare qu'il n'a rien à voir avec ce site, qu'il est une webagency ,concepteur de sites internet, et qu'il a des dizaines de sites dont celui-ci. 

En attendant une série de plaintes a été déposée à Genève.

Claudine Douillet

Voici donc l'article diffusé sur le site Le Temps envoyé par Monsieur Patrice Mathé.

Vague de plaintes contre la Fédération internationale des communautés juives par Olivier Francey

Une dizaine de commerçants, s’estimant abusés, ont interpellé la justice suisse et française. Une enquête préliminaire de la police genevoise est en cours

Comme Sophie, ils sont des dizaines de commerçants – suisses, français, belges ou canadiens – à avoir été séduits par la proposition de la Fédération internationale des communautés juives (FICJ). Editeur d’un magazine numérique, cette association lausannoise dont la régie commerciale est établie à Genève promet à ses annonceurs une diffusion «par e-mail à 700 000 contacts sur une base de données de 7 millions d’adresses». 

Pour douze parutions virtuelles, la demi-page est officiellement facturée 3416 euros (4169 francs). Dans sa brochure publicitaire, la FICJ indique que son mensuel est distribué aux chefs d’entreprise, aux professions libérales, aux «écoles juives et parents d’élèves» ou encore aux artistes et stars du «show-biz». Or, les commerçants affirment n’avoir obtenu aucun retour ni augmentation de la fréquentation de leur site internet.

«Je ne me suis pas méfiée, déplore Sophie, artisane genevoise. J’avais été rassurée lorsque j’ai consulté leur e-magazine, dans lequel figuraient des publicités de grandes marques horlogères suisses, comme Patek Philippe.» Mal lui en a pris. «Patek Philippe n’a effectivement ni versé d’argent ni été en contact direct avec ce magazine pour cette insertion publicitaire», rappelle Ignacio Garcia, son porte-parole. 

Outre les marques de luxe dont les publicités ont été «empruntées», les articles figurant dans la publication de la Fédération s’avèrent tous plagiés. Contactés par Le Temps, leurs auteurs, dont l’un s’avère même être un ancien sénateur français, n’étaient pas informés du plagiat.

«Obligation de prestations»

Quant à la FICJ, sa régie commerciale ainsi que ses administrateurs, ils n’ont ni retourné nos appels ni nos messages. Dans un échange d’e-mails entre un commerçant et la Fédération, cette dernière rappelle qu’elle n’a qu’une «obligation de prestations» et non de résultats.

A ce jour, une enquête préliminaire de la police est en cours et une plainte pénale «pour escroquerie» a été déposée à Genève, confirme Henri Della Casa, porte-parole du Ministère public. Trois autres devront suivre. En France, ce sont six plaintes qui sont parvenues à la justice.

 

 

 

Vos réactions

  1. mikimobile@hotmail.com'Mike

    Bonjour,

    L’escroc principal qui se cache derrière tout ça s’appelle Serge Brahmi. Il habite en Israël.
    Leurs bureaux se trouvaient à Netanya sous la dénomination sociale FICJ. Société écran qui se cache elle même derrière une société basée à Lausanne dont le siège se trouve à Genève sous la dénomination sociale : I.G.W.T. SA à Carouge (GE), SA, +++, CHE-103.875.219. Société qui utilise certainement un prête nom. Fiche de la chambre de commerce de Suisse ci-dessous :
    http://ge.ch/hrcintapp/externalCompanyReport.action?companyOfrcId13=CH-660-0163987-9&ofrcLanguage=2

    Répondre
  2. brigitte.rovetto@wanadoo.fr'rovetto

    Bonjour,

    J’ai moi aussi été abusée par ce site en 2013, pouvez me dire comment faire pour déposer une plainte, je suis en France.

    Merci de votre retour

    Brigitte Rovetto

    Répondre
  3. Besinov@gmail.com'Christine Andel

    Bonjour

    Mon nom est Christine, je suis Suisse et j`ai tout les informations utiles.
    Si Vous préferez Vous pouvez prendre contacte sous mon numéro de téléphone en Suisse: 0041 76 787 34 94

    Cordialement
    Christine Andel

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi