La communauté rom et sinti commémore la journée de commémoration à Auschwitz

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les historiens estiment que jusqu'à 500 000 Roms

La communauté rom et sinti commémore la journée de commémoration à Auschwitz
Les historiens estiment que jusqu'à 500 000 Roms et Sinti ont été envoyés dans des camps de la mort et assassinés pendant l'Holocauste, aux côtés de Juifs et d'autres personnes considérées comme sous-humaines par le régime nazi.

Des représentants de la communauté rom et sinti ont célébré dimanche la Journée européenne de commémoration de l'Holocauste des Roms sur le site du camp de la mort d'Auschwitz.

La Journée de commémoration, commémorée pour la première fois en 2015 lorsque le Parlement européen a déclaré le 2 août "Journée européenne de commémoration de l'Holocauste des Roms", a également fait l'objet d'événements en ligne.

Avant l'événement commémoratif, auquel ont également participé des représentants juifs et chrétiens, une déclaration a été publiée par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen ; Věra Jourová, vice-président pour les valeurs et la transparence ; et Helena Dalli, commissaire pour l'égalité.

La déclaration disait "Aujourd'hui, nous rendons hommage aux centaines de milliers de Roms victimes de l'Holocauste. Nous considérons qu'il est de notre devoir moral de reconnaître et de nous souvenir de tous ceux qui ont souffert sous le régime nazi ; parmi ces personnes se trouvaient les Roms. Se souvenir de leur persécution nous rappelle la nécessité de relever les défis auxquels ils sont encore confrontés aujourd'hui et qui sont trop souvent négligés".

Les historiens estiment que jusqu'à 500 000 Roms et Sinti ont été assassinés lors de l'Holocauste, envoyés dans des camps de la mort aux côtés des Juifs et d'autres personnes considérées comme des sous-hommes par le régime nazi. Le 2 août 1944, le "camp de Tsiganes" (Zigeunerlager) d'Auschwitz a été fermé, et environ 4 000 Sinti et Roms ont été gazés cette nuit-là et brûlés dans les crématoires.

"Alors que le nombre de survivants et de témoins de ces atrocités diminue, il est de notre devoir, aujourd'hui plus que jamais, de poursuivre leur travail de mémoire et de transmettre leurs témoignages", poursuit la déclaration de von der Leyen.

"L'Europe a le devoir de protéger ses minorités contre le racisme et la discrimination. Nous devons remplacer l'antitziganisme par l'ouverture et l'acceptation ; les discours et les crimes haineux par la tolérance et le respect de la dignité humaine ; et l'intimidation par l'éducation sur l'Holocauste. Nous devons avant tout promouvoir la diversité comme un don merveilleux qui rend l'Europe forte et résistante".

"Aujourd'hui, nous nous souvenons de toutes les victimes", a déclaré Romani Rose, chef du Conseil central des Sinti et des Roms allemands, selon la chaîne de télévision allemande Deutsche Welle

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi