USA: la communauté juive partagée sur la nomination de Brett Kavanaugh

Actualités, Contre la désinformation, International, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Comment Brett Kavanaugh pourrait affecter les questions qui importent aux Juifs

La nomination par le président Donald Trump de Brett Kavanaugh, un favori de l'establishment républicain qui a travaillé dans l'administration de George W. Bush, a déclenché des réactions de groupes juifs allant de furieuses à soulagées.

Les groupes progressistes ont pointé ce choix du doigt, disant que le dossier de Kavanaugh montre qu'il serait une menace pour le droit à l'avortement et la séparation de l'église et de l'état, alors qu'un groupe orthodoxe se dit heureux de son bilan sur la liberté religieuse.

Trump a annoncé lundi soir qu'il nommait Kavanaugh, un juge fédéral de la cour d'appel à Washington, DC, pour remplacer le juge Anthony Kennedy à sa retraite à la fin juillet.

Moins d'une heure après l'annonce, le Conseil national des femmes juives a publié une déclaration disant qu'il était "irrité" par ce choix et aidait à organiser un rassemblement de l'opposition devant la Cour suprême.

D'autres groupes progressistes, comme le Workmen's Circle, une organisation juive issue du mouvement syndical, dénoncent le choix de Trump, tandis que la Ligue anti-diffamation centriste dit craindre que les antécédents judiciaires du candidat «ne reflètent pas l'indépendance démontrée et l'engagement à un traitement équitable de tout ce qui est nécessaire pour mériter un siège au plus haut tribunal de notre pays. "

Mardi, Jody Rabhan, qui dirige les opérations de NCJW à Washington, a déclaré que Kavanaugh, comme les autres candidats considérés par Trump, était "terrible sur les questions qui nous intéressent".

Beaucoup de gens de gauche craignent qu'une personne nommée par Trump puisse rejoindre une majorité conservatrice en supprimant les droits à l'avortement et renverser Roe v. Wade (un arrêt historique rendu par la cour suprême des États-Unis en 1973 sur la question de la constitutionnalité des lois qui criminalisent ou restreignent l'accès à l'avortement), ce que Trump a promis lors de sa campagne. L'analyste juridique de CNN, Jeffrey Toobin, a déclaré qu'il n'y avait "pas de doute" que l'avortement serait illégal dans une grande partie des Etats-Unis dans un an et demi.

En 2006, Kavanaugh a dit qu'il respecterait Roe v. Wade, mais Rabhan a déclaré que cela ne l'apaisait pas.

"Trump a dit que renverser Roe v. Wade est un test décisif pour quiconque est sur sa liste pour la Cour suprême, et il a fait de l'anti-avortement un test décisif pour les personnes qu'il a nommées aux tribunaux inférieurs", a-t-elle dit. "Nous l'avons vu, alors nous le croyons."

Rabhan et d'autres ont cité une affaire, Garza c. Hagan, dans laquelle Kavanaugh s'est opposé au droit d'une mineure immigrée sans-papiers détenue d'obtenir un avortement. Dans ce cas en 2017, le gouvernement avait ordonné que l'adolescente puisse quitter son centre de détention pour subir un avortement. Kavanaugh a annulé l'ordre, reportant l'avortement pour une semaine et demie plus tard, jusqu'à ce qu'un tribunal ait finalement statué en sa faveur. Kavanaugh était dissident, écrivant que le gouvernement avait trahi son «intérêt à favoriser la vie fœtale, à protéger les meilleurs intérêts d'un mineur et à s'abstenir de faciliter l'avortement».

Marc Stern, conseiller général du Comité juif américain, a déclaré que la plupart des documents juridiques de Kavanaugh étaient «banals», mais que son opinion dans l'affaire Garza était «dérangeante» et soulevait des questions.

Donald Trump nomme le juge conservateur Brett Kavanaugh à la Cour suprême

Donald Trump nomme le juge conservateur Brett Kavanaugh à la Cour suprême

"La signification exacte n'est pas claire pour nous", a déclaré Stern. "Croit-il que les immigrants ont moins de droits constitutionnels que tout le monde? Pense-t-il que les adolescents n'ont pas le droit à l'avortement? ... Est-ce qu'il veut simplement dire que le gouvernement a le droit de ne pas participer et que vous êtes en quelque sorte seul? "

L'AJJ n'a pas pris position sur la nomination, et Stern a dit qu'il étudiait le dossier de Kavanaugh, spécifiquement en ce qui concerne les questions de droit de l'immigration, la liberté religieuse, la séparation de l'église et de l'état.

Stern ne pense pas que Kavanaugh changerait radicalement la cour. Bien que Kennedy ait été un vote swing sur des questions comme l'avortement et le mariage homosexuel, il était souvent conservateur.

"Sur les questions de séparation de l'église et de l'Etat, il lira le principe plus étroitement que ne le voudrait l'AJC", a déclaré Stern. "Mais à partir du peu qu'il a écrit, il ne semble pas qu'il écrira dans une veine différente de celle du tribunal dans son ensemble - mais c'est une conjecture."

Agudath Israel d'Amérique, une organisation orthodoxe haredi, n'a pas encore pris position officiellement sur la nomination, mais son directeur de Washington, Rabbi Abba Cohen, a qualifié Kavanaugh "de candidat très impressionnant." Cohen était heureux des décisions de Kavanaugh liées à la liberté religieuse basée sur un premier aperçu du dossier du juge. Agudah et d'autres groupes orthodoxes favorisent les décisions qui exempteraient les groupes religieux et les individus des lois généralement applicables s'opposant à leurs croyances.

"Nous sommes heureux qu'il ait accordé de la déférence à la liberté religieuse et qu'il ait soutenu une plus grande implication des organisations religieuses et des institutions dans la société", a déclaré Cohen.

Cohen a cité l'opinion de Kavanaugh dans une affaire relative à des exemptions de soins contraceptifs pour des groupes religieux, Priests for Life c. HHS. La cour d'appel a convenu que les employeurs religieux n'avaient pas à fournir de contraceptifs, mais qu'ils devaient remplir un formulaire indiquant au gouvernement qu'ils ne le faisaient pas. Dans sa dissidence, Kavanaugh a soutenu que l'exigence de dépôt violait la liberté religieuse des demandeurs.

"Nous soutenons cette position, nous pensons que cela donne une déférence appropriée aux droits religieux, et nous ne pensons pas que ce soit en quelque sorte un repli des droits des autres, donc c'est un domaine où nous sommes heureux", a déclaré Cohen.

Lorsqu’il travaillait en cabinet privé, Kavanaugh a pris en charge des cas pro bono, y compris celui d'une synagogue reconstructionniste, Adat Shalom à Bethesda, Maryland, qui faisait face à des sommations de ses voisins dans la construction d'un bâtiment. En 2000, un tribunal de district des États-Unis s'est rangé du côté de la synagogue, affirmant que le permis délivré à la congrégation était conforme à la clause d'établissement. La synagogue a confirmé à la presse qu'elle était représentée par Kavanaugh, mais n'a pas renvoyé de demande de commentaire supplémentaire à temps pour la publication.

Le mouvement réformiste et l'Union orthodoxe ont tous deux déclaré à JTA qu'ils étudiaient le dossier de Kavanaugh avant de décider de prendre position sur sa nomination.

Source : Jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi