Kosherfest: L'incroyable révolution de l'industrie alimentaire Kasher dans le monde

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Bien-être & Santé, Clin d'oeil beauté, Israël, K.Acher - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Kosherfest 2018 la révolution des aliments cacher dans le monde

SECAUCUS, New Jersey - Quelle incroyable révolution en 30 ans dans l'industrie alimentaire casher !

Lors du lancement de Kosherfest, le premier salon professionnel de l'industrie alimentaire casher en 1989, 500 visiteurs, 69 exposants et environ 16 000 produits kasher étaient présents sur le marché.

Aujourd'hui, l'industrie alimentaire casher est une industrie d'un milliard de dollars qui affiche une croissance annuelle de 12 %.

Près de 250 000 produits certifiés kasher portent le hashgacha (certification kasher) de 1 500 organismes de certification kasher dans le monde.

Kosherfest 2018, une foire commerciale de deux jours qui a eu lieu au Meadowlands Exposition Center à Secaucus, New Jersey, présentait des exposants d'aliments, de vins, de boissons et d'approvisionnement industriel de plus de 21 pays et de nombreux États des États-Unis, ainsi que des séances sur les dernières tendances de l'industrie alimentaire casher.

Les 7 000 visiteurs ont pu naviguer dans les huit longues allées du salon grâce à une application spéciale téléchargeable, prier le matin et l'après-midi sur place et déguster des dizaines de produits laitiers et de viande.

Kosherfest 2018 la révolution des aliments cacher dans le monde

Kosherfest 2018 la révolution des aliments cacher dans le monde

Chaque lauréat du concours de nouveaux produits, chaque séance de conférence et chaque article exposé dans le hall d'exposition racontait une histoire importante de l'état de l'industrie alimentaire kasher.

Menachem Lubinsky, PDG et président de Lubicom Marketing and Consulting, a ouvert le salon avec l'allocution "L'état de l'industrie cachère", notant : "Il y a trente ans, qui aurait pu imaginer cela ?!"
Il a noté que la première exposition présentait cinq kugels et six types de poissons gefilte.
"Il y avait douze livres de cuisine casher. Maintenant, il y en a 140."

Lubinsky a fait des observations sur l'état actuel de l'industrie alimentaire casher. "L'OU offre une certification cachère dans 100 pays. Les entreprises n'ont pas d'autre choix que d'avoir une certification cachère - à moins d'être casher, elles sont exclues du marché américain - elles ne peuvent pas vendre à Coke, Danon, etc. Quand je vais chez Joe le commerçant - je suis choqué- il y a tellement de produits kasher ! Et les achats en ligne commencent à décoller."

"Les consommateurs casher sont des clients fidèles et achèteront tout le magasin si il le pouvait ", note Lubinsky en s'amusant.
"Nous avons 52 jours fériés, le shabbat en dehors de nos fêtes ! ", a-t-il ajouté, suggérant aux consommateurs casher d'acheter , des plats préparés, des pâtisseries, du vin et plus encore chaque semaine pour célébrer shabbat.
Sans parler bien sur des  produits achetés pour Rosh Hashanah, Pessah et autres fêtes juives.

Pour la deuxième année consécutive, Yarden Horwitz a été invité à prononcer le discours d'ouverture sur  "La planification stratégique sur les nouvelles tendances".
Ce n'est plus Google le maître d'oeuvre, selon elle,  mais Spate (spate.nyc), une entreprise qui utilise la science des données pour prédire la prochaine grande tendance.

Elle explique que son entreprise " utilise l'intelligence des machines et identifie les mots clés pour voir ce qui est en train de décliner et d'augmenter ".

À titre d'exemple, elle explique que les trois principales tendances alimentaires sont le céto (régime riche en protéines et faible en glucides),
les superaliments (aliments principalement à base de plantes et riches en nutriments) et les bols (aliments déshydratés et servis dans des bols).

Mme Horwitz a fait la démonstration de ce qu'elle a appelé "des millions de signaux et de points de données en ligne" en notant une hausse énorme des ventes kasher en avril, juste avant la Pâque juive.
Plus précisément, son entreprise a observé une augmentation du nombre de personnes à la recherche d'une "bière casher (pour  Pâque)".:-)

D'autres conférences au Kosherfest ont également eu lieu :
"Maximiser vos possibilités dans les services alimentaires ",
" Les nouvelles tendances de la cuisine casher ",
" Tirer parti de la technologie et de l'épicerie en ligne dans votre magasin ",
" Utiliser la technologie pour améliorer la supervision de la Kashrus " :
Nouveaux défis et nouvelles opportunités" et "Construire votre présence en ligne : Site Web efficace et pratiques de médias sociaux."

Présentation des  nouveaux produits récompensés dans 16 catégories, dont Easy Onions by Bloom's (oignons coupés en dés et sautés dans une boîte), qui a reçu le prix Best in Show, Snack Delite Fruity Marshmallow Bars (petit-déjeuner pratique), TropicMax All Natural Plantain Croutons (Snack Savory), Meal Mart's Israeli Style Shwarma Sauusage (Meats emballés) et the ShabBulb, un Shab Bat LED bulbe autorisé (Novelty).

Comment expliquons nous  le succès de ces vainqueurs et quel est leur avis au sujet de l'industrie alimentaire casher en 2018 ?

Dans une interview au Jerusalem Post, Lubinsky explique :

"Comme vous pouvez le deviner, le changement dans la communauté casher n'a été rien de moins qu'une révolution. On pourrait dire que le kasher est passé d'une catégorie d'aliments à une industrie. Ce que les gagnants du New Product Showcase et de l'exposition indiquent, c'est le mouvement vers la commodité, d'autant plus qu'il y a une nouvelle race de "chefs cuisiniers "au foyer qui vivent de livres de cuisine"

"Les oignons sont un bon exemple d'utilisation d'aliments qui peuvent être incorporés dans la préparation d'aliments haut de gamme à la maison ", a-t-il poursuivi.

"Un autre mouvement étonnant est l'évolution constante des milléniaux vers des aliments plus sains, que l'on retrouve dans presque toutes les catégories, des ingrédients naturels et biologiques aux collations plus saines à portion contrôlée comme les collations de légumes.

Oui, nous avons affaire à un consommateur casher beaucoup plus aisé et plus jeune qui est prêt à dépenser pour des aliments haut de gamme tout en recherchant des aliments plus sains."

Paula Shoyer, auteure de livres de cuisine tels que The Kosher Baker, The New Passover Menu et The Healthy Jewish Kitchen, fait des démonstrations de cuisine et de pâtisserie aux États-Unis et dans le monde. Elle participe aussi régulièrement au Kosherfest.

"Les gagnants montrent que de plus en plus chaque année, les casher veulent manger ce que tout le monde mange, ce qui explique la popularité des sauces coréennes et de la boisson énergisante ", a dit M. Shoyer.

"La nourriture israélienne est abondante, non seulement parmi les Juifs, mais en général aux États-Unis, alors c'est une bonne idée d'avoir des saucisses shwarma et de la marinade au sirop de dattes.

Dans l'ensemble, je suis heureux de voir des produits internationaux parmi les gagnants. Je suis excité par les sauces coréennes, que j'ai des échantillons, et cela me permet de créer des recettes de nourriture coréenne pour le public kascher et de ne pas avoir à tout faire à partir de zéro, comme ma recette de bibop au tofu dans The Healthy Jewish Kitchen. J'aime aussi les olives dénoyautées de haute qualité parce que j'aime les raccourcis"

Yakov Yarmove, directeur du marketing ethnique et des spécialités alimentaires chez Albertsons Companies, ajoute : " Historiquement, nous avons migré avec 30 ans de retard vers des tendances nationales non casher. Maintenant, la Génération Z et milléniaux veulent que ce soit plus rapide. Ils travaillent dans le monde professionnel, le voient et le veulent.
Ils veulent savoir comment ils peuvent le faire en casher. Ce n'est plus le casher de ta grand-mère !"
Une promenade dans les allées de Kosherfest révèle à quel point Yarmove a raison.
Bien que de vieux favoris comme les hot dogs, les poissons gefilte et les tranches de charcuterie soient encore disponibles  et pourraient être familiers à la génération des grands-parents, il y a beaucoup d'articles nouveaux et uniques qui pourraient bientôt arriver dans les rayons des chaînes de supermarchés et magasins spécialisés locaux.

Le hareng Rebbe's Choice Herring offre une variante du hareng classique. Chaque saveur - y compris Jalapeño Matjes, Honey Mustard Sriracha, Smokey Zaatar et trois autres sont "inspirés" par des rabbins comme Lelov, Kotzk, Reb Zusha et Rav Levi Yitzchak de Berditchev.
Jem's Beer Factory, produit à Petah Tikvah, est aux États-Unis depuis deux mois. Huit saveurs comprennent de la bière aux baies, du blé et un IPA.
Leur brochure note : "Pour moi, brasser de la bière... sert de catalyseur pour rassembler les gens et célébrer la vie, tout en contribuant au développement de la culture de la bière en Israël et à la réalisation de mon rêve sioniste personnel".

Dagim Fish Co. a pris de l'expansion pour inclure les beignets de courgettes, les beignets de champignons, les bretzels et les gaufres.

Des panneaux dans tout le hall d'exposition avertissaient les visiteurs que les produits laitiers et les produits carnés étaient exposés.
Les cinq saveurs de calzones de Brian sont "végétariennes certifiées".
Certains des cookies de David sont maintenant parvé.
Bongja Ziporah Rothkopf, PDG de KOKO Kosher Korean, qui fabrique la pâte de poivron rouge Gochujang, le kimchi casher et d'autres produits coréens, est heureux d'ouvrir bientôt un restaurant casher coréen à Jérusalem.

Vered Ben-Sa'adon, directeur du marketing et du centre des visiteurs de Tura Estate Winery à Rechelim (Samarie), Israël, souligne fièrement : "Il n'y a pas beaucoup de femmes religieuses qui travaillent dans les caves à vins".
Quelques stands plus loin, Shay Fishbein, ingénieur et enseignant de formation et son épouse, expliquent comment ils ont commencé à utiliser l'abondance des fruits de la passion sur leur moshav, Ein Iron dans le nord d'Israël,  pour fabriquer la liqueur de fruits de la passion pour leur famille et amis. Aujourd'hui ils vendent 15 000 bouteilles de Flora par an.

Les deux exposants qui ont parcouru la plus grande distance venaient du Sri Lanka et de Malaisie.

Audrey Peiris de PS Kosher Food Works au Sri Lanka explique que le Sri Lanka exporte des noix de coco, du thé et des épices.

Peiris et sa collègue malaisienne, Mme Kalsaba, directrice de Bhavani Foods,  expliquent qu'elles ont toutes deux appris le kasher lorsque l'agence de certification kasher Star-K les a contactées il y a plusieurs années. Ils sont depuis sous leur supervision.

Christine Salmon, directrice du Kosherfest Show, résume fièrement le salon et l'industrie alimentaire casher.

"Certaines personnes ne se rendent pas compte à quel point l'industrie kasher est diversifiée aujourd'hui ", a dit M. Salmon. "Nos exposants présentent certains des produits les plus novateurs au monde, et nous sommes fiers d'offrir une plateforme pour introduire ces produits sur le marché et mettre en contact des acheteurs et des vendeurs kasher professionnels afin de faire progresser l'industrie. C'est incroyable "

 

ALLIANCE-COMMUNICATION
Expert Communication digitale
Ecoutez-nous sur Judaïques FM 94.8
France :01 70 00 75 75
Israël : 054 700 74 70
https://www.facebook.com/alliancelemag/

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi