Juifs, immigrez en Israël!

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
 Juifs, immigrez en Israël!

En ce jour de Yom Hashoah, nous nous sommes souvenus des fils et des filles de notre peuple, qui ont été assassinés par les nazis et leurs collaborateurs sur les sols européen et africain.

La première et permanente réponse à l'Holocauste est le renforcement de la force de défense israélienne, afin que nous ne soyons plus impuissants, dépendants de la miséricorde des nations du monde qui viendront à notre secours. Compte tenu de l'attitude bipolaire de l'Europe envers Israël aujourd'hui, nous nous souvenons de son aide qui a tardé à venir à l'époque.

Les Européens avaient une autre guerre à mener, les Juifs étaient les derniers sur la liste. Depuis lors, nous avons juré, aussi longtemps que nous sommes sains d'esprit, de mener nos guerres nous-mêmes. Cette leçon est marquée par les mots "jamais plus".

Mais à côté de "ne plus être impuissant" ou "ne plus ressembler à des moutons de sacrifice", il y avait une autre leçon, peut-être plus importante, qui au fil des années s'est évanouie et a été presque oubliée: Plus d'exil! Il n'y a aucun espoir pour l'existence juive en dehors de la Terre d'Israël. La menace de l'anéantissement physique, à laquelle le peuple juif a été confronté pendant les années de guerre, comporte désormais le danger d'anéantissement national et spirituel qui a suivi l'assimilation avec les peuples du monde.

L'Holocauste était la signature de l'exil dans lequel le peuple juif avait erré pendant des milliers d'années. Il a mis fin à la pensée idéaliste (naïve) qui voyait la mission du peuple juif parmi les nations du monde.

Yehuda Leib Gordon a demandé dans son poème «Hakitsa Ami», une chanson qui a été entonnée comme un hymne par l'élite juive éduquée en Europe au milieu du XIXe siècle,  pourquoi les Juifs continuent-ils à s'enfermer dans des ghettos et à ne pas devenir des citoyens loyaux des pays européens? Après tout, des milliers d'années ont passé depuis que nous avons perdu notre liberté et avons erré dans le monde. L'Europe est notre patrie, a déclaré  Yehuda Leib Gordon, faisant écho aux pensées de ses contemporains: Deux générations plus tard, l'Europe était la fosse commune de notre peuple.

Juifs, rentrez chez vous

Juifs, rentrez chez vous

Yehuda Leib Gordon ne s’est pas souvenu de l'avertissement du Gaon de Vilna à la fin du XVIIIe siècle qui "poussait ses étudiants à immigrer en Eretz Yisrael et à participer au rassemblement des exilés, et à exhorter ses étudiants ... à rapprocher la rédemption gràce à la terre d'Israël », selon les mots de ses étudiants dans le livre Kol HaTor.

Ils ont dit que "presque tous les jours notre rabbin nous parlait avec excitation, parce que" Sion et Jérusalem seraient des refuges ", et qu’il ne fallait pas tarder." Le refuge du peuple juif, et en fait son espoir futur, est de fuir l'Europe et d'immigrer en Terre d'Israël.

Soixante-dix ans plus tard, Ze'ev Jabotinsky a averti: "Si vous ne détruisez pas la diaspora, la diaspora vous anéantira". Il a ajouté: «Nous devons sauver des millions - plusieurs millions. Je ne sais pas si la question concerne l'absorption d'un tiers de la race juive, ou de la moitié de la race juive ou du quart de la race juive. Je ne sais pas. Mais il est question de plusieurs millions ». Je souhaite que leurs voix aient été entendues.

Face à la "Solution finale" sanglante que les ennemis de notre peuple ont planifiée pour nous, nous mettrons notre propre solution finale. Depuis les temps anciens, nos ancêtres ont juré de ne pas oublier Jérusalem: le retour à Sion, dont l'État d'Israël est l'expression tangible et profonde.

Le Jour du Souvenir, nous appellerons nos frères et sœurs de l’autre côté de la mer, qui même maintenant, 70 ans après le miracle de la renaissance du Troisième Royaume d'Israël,  choisissent toujours de ne pas vivre dans leur unique foyer national. "Juifs, rentrez chez vous. Il n'y a pas de futur en exil. Montez en Israël".

Voici les mots du prophète Jérémie (31 ;7-8) qui datent d’il y a plus de 2600 ans : « Oui, je veux les ramener de la région du Nord, les rassembler des extrémités de la terre; l'aveugle même et le boiteux, la femme enceinte et l'accouchée se joindront à eux: en grande foule, ils reviendront ici. Avec de [douces] larmes ils reviendront et de touchantes supplications; je les dirigerai, je les conduirai vers des sources abondantes, par une route unie, où ils ne pourront glisser. »

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi