Les Juifs croient-ils aux anges ?

Actualités, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les Juifs croient-ils aux anges ?

Les anges sont des êtres surnaturels qui apparaissent largement dans toute la littérature juive.

Le mot hébreu pour ange, mal'ach, signifie messager, et les anges dans les premières sources bibliques fournissent des informations spécifiques ou remplissent une fonction particulière. Dans la Torah, un ange empêche Abraham d'égorger son fils Isaac, apparaît à Moïse dans le buisson ardent et donne la direction aux Israélites pendant le séjour dans le désert après la libération d'Égypte. Dans les textes bibliques ultérieurs, les anges sont associés à des visions et des prophéties et reçoivent des noms propres.

Plus tard, les sources rabbiniques et kabbalistiques développent encore le concept des anges, décrivant un vaste univers d'anges nommés avec des rôles particuliers dans le domaine spirituel.

Les anges dans la Bible

Les anges apparaissent dans toute la Bible. Dans leurs premières apparitions, ils fonctionnent comme des porteurs d'informations. Dans la Genèse, un ange apparaît à Hagar, la servante de Sarah, et l'informe qu'elle portera un fils dont les descendants seront nombreux. Une rencontre similaire se produit plus tard avec Sarah elle-même, lorsque trois visiteurs annoncent qu'elle va accoucher l'année suivante. Quand Abraham s’apprête plus tard à sacrifier cet enfant, son fils Isaac, c'est un "ange de Dieu" qui l’interpelle et lui dit de ne pas faire de mal au garçon.

Parmi les histoires les plus célèbres sur les anges dans la Bible, il y a la rencontre entre le patriarche Jacob et un ange avec qui il lutte toute la nuit. Le matin, quand Jacob demande à son adversaire de s'identifier, l'ange refuse de répondre. Ensuite, Jacob nomme le lieu P'niel - littéralement «visage de Dieu». En expliquant ce choix, la Torah montre clairement que l'adversaire de lutte était un émissaire de Dieu: «J'ai vu un être divin face à face, mais ma vie a été préservé. "

Dans les livres des prophètes, les anges continuent à remplir leur fonction de messagers, mais ils sont aussi associés à des visions et à des prophéties.

Un récit particulièrement détaillé se trouve dans le premier chapitre d'Ézéchiel. Le prophète rencontre quatre créatures (chayot en hébreu) qui ressemblent à des êtres humains, mais chacune a quatre visages (humain, lion, bœuf et aigle), quatre ailes et leurs jambes sont fusionnées en une seule. Une vision parallèle est enregistrée dans le chapitre 10, seulement là les anges sont décrits comme des chérubins.

Toutes les figures angéliques de la Bible ne sont pas identifiées comme telles. Les trois visiteurs qui sont venus à Abraham et Sarah sont décrits dans le texte comme anashim, ou hommes, bien que les sources rabbiniques indiquent qu'ils étaient des anges. De même, l'ange qui est apparu à Jacob est décrit simplement comme ish, ou homme.

Quand on demande aux anges bibliques de s'identifier, ils refusent. Dans le Livre des Juges, Manoah, le père de Samson, demande le nom d'un ange qui a prophétisé un enfant pour sa femme stérile. L'ange décline, disant que son nom est mystérieux. Les anges nommés: Gabriel et Michael, apparaissent la première fois dans la Bible dans le livre de Daniel.

La lutte de Jacob avec l'ange d'Alexandre Louis Leloir

La lutte de Jacob avec l'ange d'Alexandre Louis Leloir

Les anges dans la littérature rabbinique précoce

La littérature rabbinique explique de manière significative la nature des anges et leurs rôles dans les histoires bibliques. Le Midrash identifie Michael, Gabriel, Uriel et Raphael comme les quatre principaux anges qui entourent le trône divin, chacun d'eux ayant des attributs particuliers. Le Talmud identifie Michael, Gabriel et Raphael comme étant les trois anges qui ont rendu visite à Abraham pour annoncer que sa femme allait avoir un fils. Bien que la Bible rapporte que les hommes ont mangé un repas qu'Abraham leur avait préparé, les rabbins stipulent que le trio fait mine de manger - puisque, étant des anges, ils ne sont pas des êtres physiques, mais simplement leur ressemblent.

Le Midrash comprend de nombreuses représentations fantaisistes d'anges. Selon une source, Michael est entièrement fait de neige et Gabriel entièrement de feu, mais en dépit de leur proximité, ils ne se font pas de mal - un symbole de la puissance de Dieu pour faire la paix dans ses hauteurs. Plusieurs sources midrashiques identifient Michael comme le défenseur céleste d'Israël en désaccord avec le démon Sama'el. Et un autre Midrash décrit un débat entre les anges pour savoir si les êtres humains devraient être créés.

Dans ce débat, l'ange de l'amour est en faveur de la création des humains, à cause de la capacité humaine d'exprimer l'amour, mais l'ange de la vérité n'est pas d'accord, craignant que les humains soient enclins aux faussetés. A l'appui de la création humaine, Dieu montre aux anges des exemples de personnes justes de la Bible, mais l'ange de la terre se rebelle et refuse à l'ange Gabriel la poussière dont il a besoin pour la création des humains, craignant qu’ils ne dévastent la terre. L'ange de la Torah s'oppose aussi à la création humaine, affirmant que les gens ne devraient pas être créés parce qu'ils souffriront.

Le Talmud rapporte un enseignement au sujet de deux anges responsables - un du bien et un du mal - raccompagnent une personne depuis la synagogue jusqu’à la maison le soir du Shabbat. S'ils trouvent la maison de la personne prête pour Shabbat, le bon ange déclare: "Que cela soit comme cela pour un autre Shabbat." Et l'ange maléfique répond contre sa volonté: "Amen." Si la maison n'est pas préparée, l'inverse se produit: L'ange maléfique exprime le souhait que ce soit ainsi pour une autre semaine et l’ange bon répond "Amen." Shalom Aleichem, une chanson liturgique accueillant les anges dans la maison avant le repas du Sabbat, est inspiré par cet enseignement.

Comme dans le Midrash, les anges du Talmud se disputent parfois avec Dieu, leur accordant un degré d'indépendance qui complique la notion d'anges en tant que simples messagers poursuivant des objectifs divins. Les rabbins du Talmud ont peut-être craint que les anges deviennent eux-mêmes des objets de culte, une préoccupation que certains comprennent derrière divers textes talmudiques indiquant que les personnes justes peuvent égaler ou même surpasser la sainteté des anges. Dans le Traité Sanhedrin, le Talmud déclare que les personnes justes sont plus grandes que les anges du ministère.

La hiérarchie angélique de Maïmonide

Maïmonide, le rabbin érudit du XIIe siècle, consacre une section de son Mishneh Torah à la nature des anges. Ce sont des êtres incorporels, écrit-il, possédant une forme mais pas de substance. Selon Maimonide, les descriptions des anges comme ailés ou faits de feu ne sont que des visions prophétiques «énigmatiques», c'est-à-dire des tentatives inévitablement inadéquates pour décrire l'informe et le spirituel dans les limites du langage humain.

Maïmonide décrit une hiérarchie d'anges à 10 niveaux, avec différents types tels que des créatures sacrées (chayot hakodesh), des serpents volants et des conducteurs de chars. Toutes ces formes sont vivantes et connaissent Dieu intimement, écrit Maimonide, mais si elles connaissent Dieu plus profondément que les êtres humains, même les plus hautes d'entre elles, sachant plus que tous ceux qui sont en bas, ne peuvent connaître la vérité de Dieu.

Les anges dans la Kabbale

La tradition mystique juive expose encore plus loin la nature des anges. Les sources kabbalistiques décrivent les anges comme des forces de l'énergie spirituelle. Le rabbin David Cooper, qui a beaucoup écrit sur la Kabbale et la méditation juive, a décrit les anges comme des «faisceaux d'énergie métaphysiques invisibles» qui agissent comme des aimants, provoquant des changements physiques au moyen de forces invisibles à l'œil.

Dans la Kabbale, les anges résident dans les mondes de beriah (création) et de yetzirah (formation) - les deux mondes du milieu parmi les quatre mondes de la Kabbale, qui représentent les étapes spirituelles à travers lesquelles l'énergie divine est dirigée vers le monde matériel. Dans son ouvrage classique sur la Kabbale, The Thirteen Petalled Rose, le rabbin Adin Steinsaltz écrit que le comportement humain peut créer des anges. En contrepartie de la façon dont les anges bibliques transmettent des messages du royaume divin à l'humanité, les anges créés par les actions humaines portent les énergies de l'humanité vers le haut dans les royaumes spirituels supérieurs.

Les anges sont singuliers et immuables dans leur essence, écrit le rabbin Steinsaltz, et peuvent être soit bons ou mauvais (démons), ces derniers étant le produit d'êtres humains faisant le contraire d'une mitsva - hébergeant de mauvaises pensées ou commettant des actes de méchanceté. Comme les bons anges, les anges maléfiques agissent également d'une double manière: amener le mal du monde spirituel au monde matériel en inspirant le péché ou en causant la souffrance et la punition, tout en recevant l'énergie des méfaits des êtres humains. «Bien sûr, si le monde extirpait complètement tout le mal, alors, naturellement, les anges subversifs disparaîtraient, car ils existent en tant que parasites permanents vivant sur l'homme», écrit Steinsaltz. "Mais aussi longtemps que l'homme choisit le mal, il soutient et nourrit des mondes entiers et des manoirs du mal, tous en tirant sur la même maladie humaine de l'âme."

Source : myjewishlearning.com

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi