Judaïsme : les juderías de Valence, un joyau judéo-espagnol

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Photo : Portalet de la Sang à Sagunto / Joanbanjo, CC BY-SA 3.0 juderia-sagunt

Et si en cette période de confinement nous faisions un retour sur l'histoire des Juifs en Espagne ?
Un retour au bel âge judéo-espagnol s’impose. Les fameuses « juderías » restent de loin le porte-drapeau de cette époque épique. Zoom sur ces venelles à ravir l’œil et couper le souffle.

Lors de ses années passées en Espagne, le philosophe juif Maïmonide a été sidéré par l’esprit de vivre-ensemble entre Chrétiens, Juifs et Musulmans, à Valence et un peu partout ailleurs dans le sud ibérique.

Ses écrits dédiés à l’Espagne en particulier et au reste de la péninsule braquent, surtout, les lumières sur l’esprit intercommunautaire, interculturel et interreligieux des Xe, XIe et XIIe siècles.

Au lendemain de la reconquista, les urbanistes ont inclus dans leurs plans plusieurs «juderías », ces grands symboles juifs de la province de Valence. Aujourd’hui, la quasi-totalité de ces quartiers (qui sont au nombre de 21 dans la Comunitat Valenciana) sont déclarés en tant que biens d'intérêt culturel dans la catégorie des sites historiques et artistiques, et attirent plusieurs milliers de visiteurs venus de part et d’autre, surtout d’Israël. Parmi eux, nommons «la judería de Alicante», celle «de Morella» ou encore celle dite «de la Burriana».

La touche gothique

Ces quartiers de l’ère médiévale ont, pour la plupart, un tracé irrégulier composé de longues et petites venelles. À l'intérieur et à l'extérieur des maisons, nous trouvons, encore, des centaines de portes gothiques en pointe ou à linteaux. Ce patrimoine architectural est couronné par des synagogues qui datent, quant à elles, du XVe siècle.

Une promenade dans les raidillons de ces « barrios goticos » vaut un sacré retour dans le passé, révélant des maisons construites en maçonnerie avec des encadrements de portes en pierre, des escaliers et des étagères. Les étroites façades de granit créent une toile de fond intemporelle le long de chacune de ses remarquables ruelles et allées.

Les Juifs de Valence ont connu une trajectoire historique tout au moins délicate, au cours des siècles précédant la reconquista, marquée par des rapports difficiles avec la communauté dominante : celle des chrétiens. Les profils sociaux, les principales activités et les aspects de la culture matérielle et de la vie quotidienne des Juifs de Valence s'appuient sur des données historiographiques et revues documentaires.

Un passé glorieux

Le rabbin Isaac ben Mosé ben Sakay a été le rabbin de Denia jusqu'en 1070, date à laquelle il est parti pour Pumbedita, en le bassin de l'Euphrate. Isaac ben Ruben, un autre rabbin, est venu de Barcelone à Denia pour remplacer Sakay et est devenu l'un des premiers traducteurs d'ouvrages arabes vers l'hébreu, étant également un talmudiste notable. La présence de ces rabbins prouve l'existence d'un groupe imposant de fidèles qui s’est dévoué spirituellement à la préservation de cet héritage richissime et glorieux.

Lepetitjournal 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi