Israël: comment agir avec un enfant qui déserte la religion

Actualités, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: maintenir la communication avec les enfants qui veulent plus être religieux

Rabbi Uri Zohar, un rabbin haredi (orthodoxe) qui travaille avec des Juifs qui reviennent à la pratique du judaïsme, a parlé de la façon dont les parents doivent gérer un enfant qui ne veut plus être religieux, a rapporté le site d’information haredi Kikar Hashabbat.

Auparavant, l'approche haredi était de protéger les autres enfants à la maison en ne permettant plus à l'enfant devenu non religieux de vivre à la maison ou d'avoir de nombreux contacts avec la famille.

Aujourd’hui, cependant, cette approche semble changer.

Né dans une famille israélienne laïque, Zohar était un comédien populaire et un acteur en Israël, avant de devenir metteur en scène.

À la fin des années 1970, cependant, Zohar est devenu religieux, et a finalement rejoint la communauté haredi, utilisant son expérience dans les médias et le divertissement pour atteindre les Israéliens laïcs et les encourager à s'intéresser à la tradition juive.

Dans une vidéo sur le site Web de Kikar Hashabbat, le rabbin Zohar a discuté de la question des enfants élevés dans des foyers religieux qui abandonnent la pratique religieuse. Dans la vidéo, on peut l’entendre dire : "S'il revient à 4h00 du matin après avoir bu dix bières, laissez-lui deux biscuits et écrivez un mot qui dit:« Je t'aime".

Il a également dit que les adolescents qui deviennent non-religieux croient qu'ils sont des êtres humains ratés, et que par conséquent, D.ieu ne les aime pas.

"Dites à votre fils ou à votre fille de parler à Dieu ... Pas dans un rituel religieux, ne récitez pas les prières officielles, parlez simplement à D.ieu du plus profond de votre âme", a-t-il dit. "A part ça, ne leur dites rien, pas même à propos d'éthique, aimez-les et acceptez-les chaleureusement, c'est difficile, je sais, c'est le défi de notre génération."

Le rabbin Zohar a également noté ce que le Rabbi Gershon Edelstein, le responsable de la Yeshiva Ponevezh a répondu quand on lui a demandé que faire "si votre fils ramène une fille à la maison".

« L'accepteriez-vous?" a demandé la personne. "C'est placer un obstacle devant une personne aveugle, puisqu'il y a d'autres enfants à la maison."

Autrefois, les jeunes de familles religieuse qui s'éloignaient de la tradition étais bannis

Autrefois, les jeunes de familles religieuses qui s'éloignaient de la tradition étais bannis

"Le rabbin a répondu que ne pas les accepter, c'est "placer un obstacle devant une personne aveugle", a déclaré le rabbin Zohar. "C'est un exemple extrême, je ne dis pas que vous devriez les accepter inconditionnellement, parfois c'est impossible, et vous devez trouver un autre endroit, mais tout doit être fait avec respect et amour."

Le rabbin Zohar a également noté que si les enfants ne rentrent pas à la maison, c'est parce qu'ils ne s’y sentent pas à l'aise et qu'ils ont l'impression de blesser leurs parents et de les laisser tomber. Il a souligné que les enfants ont besoin de leurs parents, mais ne savent pas comment exprimer ce besoin tout en protégeant leur identité en développement. En acceptant les enfants tels qu'ils sont, les parents peuvent éliminer le besoin de l'enfant de fuir la maison.

Répondant à la question de savoir comment l'acceptation d'un enfant nouvellement irréligieux influence la fratrie, le rabbin Zohar a dit: "Après avoir été accepté, l'enfant se détend et les autres enfants, quand ils voient qu'il n'y a pas de disputes, ne ressentent pas le besoin de prendre position. Et si les enfants demandent pourquoi les parents lui ont permis des choses auxquelles eux-mêmes ne sont pas autorisés, les parents peuvent dire: 'Quand tu grandiras, tu comprendras que chaque personne a son chemin ".

"Quand il y a une dispute, ils se rangent du côté de leur frère, parce que c'est leur ami et que les parents sont une autorité", a-t-il souligné.

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi