Jérusalem et Washington travaillent à abolir le statut de réfugié palestinien

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Jérusalem et Washington travaillent à abolir le statut de réfugié palestinien

Israël lance un effort diplomatique, en collaboration avec l'administration Trump, pour changer le mandat de l'UNRWA, l'ancienne agence des Nations Unies qui traite des soi-disant «réfugiés palestiniens».

Un haut fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères s’est rendu en visite aux États-Unis il y a quelques semaines et a présenté pour la première fois aux fonctionnaires de l'administration des solutions alternatives à la question des réfugiés. Samedi soir, la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely (Likoud) se rendra à Washington, où elle rencontrera le sénateur Ted Cruz (R-Tex), qui travaille sur des problèmes similaires.

L'initiative israélienne de changer le statut vieux de 70 ans des "réfugiés palestiniens" profite d'une opportunité créée par l'administration actuelle, une approche rigide et souvent hostile à l'ONU et à ses agences.

Il y a deux mois, suite à plusieurs révélations d’employés de l'UNRWA qui sont membres du Hamas et ont utilisé l'UNRWA à des fins terroristes, y compris le stockage d'explosifs et d'autres armes dans des installations appartenant à l'agence dans la bande de Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a suggéré à l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Nicky Haley, que l'Agence devrait être complètement démantelée.

Nikki Haley

Nikki Haley

À la suite des commentaires de Netanyahou, une équipe juridique du ministère des Affaires étrangères a examiné la proposition, concluant que, étant donné qu'un vote à l'Assemblée générale des Nations Unies serait nécessaire pour révoquer le mandat de l'UNRWA, la majorité pro-arabe automatique sur ces questions garantirait un échec.

Cependant, si  l'agence ne peut pas être démantelée, l'équipe du ministère des Affaires étrangères a recommandé de tirer parti des législateurs américains pro-israéliens pour changer le statut des "réfugiés palestiniens". Les Palestiniens sont les seuls enfants de réfugiés – descendants de plusieurs générations - qui ont "hérité" de leur statut de réfugié. En conséquence, ils sont le seul groupe de réfugiés du 20ème siècle qui n'ont pas été réhabilités, mais continuent leur vie en tant que population non productive et dépendante dans les camps de réfugiés de l'UNRWA.

"Le moment est venu d'annuler le statut des réfugiés palestiniens", a déclaré Hotovely dans un communiqué. "Il est inconcevable que soixante-dix ans après la création de l'Etat d'Israël, un enfant né dans un camp de réfugiés reçoive une carte de réfugié. L'UNRWA éduque la jeune génération palestinienne à penser que son problème a trait aux frontières de 1948. Il lui apprend qu'ils devraient retourner à Jaffa, Ramleh et Haifa, et rien ne perpétue le conflit plus que cela ".

"Il est particulièrement inacceptable que les fonds donnés par notre grand ami les États-Unis paient pour cette éducation", a ajouté Hotovely.

Source : The Jewish Press

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi