Jaffa : l’exposition d’une poétesse arabe pro-terreur financée en partie par Israël

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Jaffa : l’exposition d’une poétesse arabe pro-terreur financée en partie par Israël

La poétesse arabo-israélienne Darin Tator a été reconnue coupable d'incitation à la violence et de soutien à une organisation terroriste, a été condamnée à cinq mois de prison et libérée en septembre de cette année. Sous le titre "Moi, prisonnière n ° 9022438", son exposition de photographie devrait s'ouvrir ce samedi au théâtre Al-Saraya.

Darin Tator a été arrêtée pour la première fois il y a trois ans. Elle a été inculpée d'incitation à la violence et de soutien à une organisation terroriste à la suite de ses publications sur Facebook, y compris un appel à l'intifada et un poème intitulé « Itnaged Ami, Itnaged Lahem".

Détenue puis assignée à domicile, elle a été condamnée cette année et a récemment été libérée de prison. Il convient de noter que, par le passé, des manifestations d’incitation à la haine se sont déroulées au théâtre Al-Saraya, financé en partie par le ministère de la Culture et des Sports et la municipalité de Tel Aviv-Jaffa.

"Cet événement scandaleux et méprisable est une poursuite directe de la décision de Lieberman et Kahlon de ne pas soutenir l'amendement à la loi sur « la culture et les arts », que les médias appellent la loi sur "la loyauté dans la culture", a déclaré la ministre de la Culture, Miri Regev.

Darin Tator / Photographie: Gil Eliyahu / Ginny

Darin Tator / Photographie: Gil Eliyahu / Ginny

Jusqu'à l'adoption de la loi, le ministre des Finances, Moshe Kahlon, est habilité à l’application des "clauses de la Nakba", qui figurent dans la loi des fondements du budget. Malheureusement, à ce jour, aucune application de la loi n’a été appliquée concernant des dizaines de plaintes adressées au ministre Kahlon par le ministère des Finances.

"Le théâtre de Jaffa continue de violer les lois de l'État d'Israël et offre à nouveau sa scène à une poétesse reconnue coupable d'incitation à la violence et au terrorisme et qui a été incarcérée. Jusqu'à ce que Kahlon et Lieberman votent pour la loi dont ils ont eux-mêmes parlé, le ministre des Finances est responsable de l'application de la loi existante, et il est préférable que la demande de réponse dans cette affaire lui soit adressée. "

Le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a répondu: "Si cela s'avère vrai, le ministre des Finances ordonnera la suppression des budgets alloués à l'institution, conformément à la loi."

Shai Glick, le réalisateur de "Betsalmo", a ajouté: "Le théâtre se veut un foyer d'art et de culture. En pratique, celui-ci fait tout le contraire en servant à exposer la vie d’une terroriste. Ce théâtre a soutient les terroristes, présente des films sur les terroristes, organise les soirées de la Nakba et l’événement de la Semaine mondiale de l’apartheid. Toute ces célébrations se font avec le financement intégral du contribuable israélien ".

Les directeurs du théâtre Al-Saraya ont refusé de commenter le rapport.

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi