Les Israéliens n’ont plus peur du sida

Actualités, Bien-être & Santé, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les Israéliens n’ont plus peur du sida

Nouvelles lignes directrices pour la réduction de la propagation des maladies vénériennes: La Société israélienne de contraception travaille sur un nouveau document destiné à sensibiliser les patients aux maladies sexuellement transmissibles et à encourager l'utilisation des préservatifs.

Au cours des dernières années, on a observé une tendance à la hausse des taux d'infection par la syphilis, la gonorrhée ou blennorragie et la chlamydia. L'augmentation la plus importante concerne la gonorrhée - de 263 cas en 2014 à 585 cas en 2017, soit presque le double. Le Chlamydia a vu une augmentation de dizaines de pour cent, de 936 en 2014 à 1295 l'année dernière, et pour la syphilis, les chiffres sont passés de 187 cas d'infection à 240 l'année dernière.

Cette tendance préoccupe les experts du monde entier, car l'usage excessif d'antibiotiques, censés traiter ces maladies, a rendu les bactéries extrêmement résistantes. Il y a quelques mois, l'Organisation mondiale de la santé a averti que la gonorrhée était résistante partout dans le monde et que les bactéries étaient hautement sophistiquées, ce qui signifiait qu'elles apprenaient à surmonter les nouveaux antibiotiques produits.

"Nous croyons que l'augmentation de l'incidence de l'infection est que les Israéliens n'ont plus peur du VIH", explique le Dr Aryeh Yeshaya, gynécologue et président de l'Association israélienne de contraception. "Beaucoup de gens pensent que les pilules PEP empêchent le SIDA, et qu’il est donc possible d'avoir des rapports sexuels sans préservatif, et c'est ce qui contribue probablement à une augmentation de l'infection. "

La surutilisation des antibiotiques a rendu les bactéries plus résistantes

La surutilisation des antibiotiques a rendu les bactéries plus résistantes

Selon le Dr Yeshaya, on ne sait pas encore avec certitude si les applications de datation (pour éviter les grossesses), qui sont devenues très populaires, contribuent également à une augmentation du taux d'infection: "C'est quelque chose qui n'a pas été étudié de manière scientifique, mais cela ne peut pas être exclu".

Sur-utilisation et dosage inapproprié

La bactérie Gonorrhoea, qui cause la gonorrhée, peut infecter la région génitale, l'anus et la gorge. Les experts sont particulièrement préoccupés par l'infection de la gorge, car l'utilisation relativement courante des antibiotiques contre les infections de la gorge crée une résistance à la bactérie, et elle se reproduit dans la zone en raison de rapports sexuels oraux.

Depuis le développement des antibiotiques, la bactérie a résisté à de nombreuses sortes de médicaments, y compris l’antique pénicilline et d'autres, comme la tétracycline et la quinolone. La résistance aux antibiotiques est causée par une sur-utilisation et un dosage inadéquat, ce qui fait que les bactéries surmontent les antibiotiques et développent des mutations résistantes.

La résistance de la bactérie est également évidente dans la chlamydia, qui provoque des infections pelviennes, des saignements, des douleurs pendant les rapports sexuels et des infections dans les organes reproducteurs pouvant conduire à l'infertilité. Le principal problème est que de nombreux cas d'infection comme la gonorrhée et la chlamydia ne présentent aucun symptôme et que la personne continue d'infecter ses partenaires lors de rapports sexuels sans préservatif.

En raison de l'augmentation alarmante des taux d'infection, une nouvelle directive sera bientôt distribuée aux médecins, leur demandant de souligner l'importance de l'utilisation du préservatif. Les gynécologues seront tenus d'avertir les patients de l'infection par des maladies sexuellement transmissibles et leur demander d'utiliser un préservatif avant de prescrire des pilules et d'autoriser un dispositif intra-utérin.

Source : Ynet

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi