Une personne transgenre israélienne refoulée à la frontière égyptienne

Actualités, Insolites, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une personne israélienne transgenre refoulée à la frontière égyptienne

Atalia Israeli-Nevo, une Israélienne âgée de 27 ans, a voulu prendre des vacances dans le Sinaï avec deux de ses amies, Tal  et Ira. Elles ont réservé un hôtel pendant une semaine dans la péninsule, ont fait leurs valises, sont montés dans la voiture pour une promenade nocturne vers le poste-frontière de Taba où elles sont arrivées à l'aube.

Après avoir franchi la frontière du côté israélien, elles sont arrivés au passage du côté égyptien, mais ont été retardées de trois heures pour finalement être obligées de faire demi-tour. La raison: Atalia Israéli-Nevo est une femme transgenre et dans la section « sexe » de son passeport apparaît la mention "masculin".

Atalia Israeli-Nevo a déclaré que les agents de sécurité égyptiens ne leur ont pas fourni beaucoup d’informations, mais leur ont dit qu’il n’y avait rien à craindre. "Nous avons vu que mon passeport passait de main en main entre les douze agents des frontières présents. Après une attente de près de trois heures, l'un des employés l'a appelée et, par l'intermédiaire d'un touriste palestinien parlant hébreu qui a aidé à la traduction, lui a dit que son entrée en Egypte lui avait été refusée pour deux raisons:

La première est que sa photo n'était pas compatible avec ce qu'il voyait, même si, selon Atalia, elle datait de deux ans et n’avait causé aucun problème aux autres postes frontaliers. La deuxième raison est que la mention « sexe féminin » aurait dû figurer", a déclaré Atalia.

La carte d'identité d'Atalia Israéli-Nevo

La carte d'identité d'Atalia Israéli-Nevo

"J'ai essayé de lui expliquer par l’intermédiaire du touriste que c’était mon sexe et que cela n'avait pas d'importance, et qu’il n’y avait aucune raison que le passeport ne soit pas valable. Je lui ai montré mon permis de conduire. Il a dit que je devais aller changer la photo et aller effectuer les modifications. "

Les trois amies ont été obligées de faire demi-tour, mais n’ont pas été remboursées de la taxe de transit - 300 NIS versées aux autorités israéliennes - alors que l’entrée en Égypte leur avait été refusée. Elle ont également critiqué la conduite du côté israélien. "Une seconde avant notre retour à Eilat du côté israélien, il a également une interaction désagréable avec la police des frontières", a déclaré Atalia.

"La soldate de garde nous a demandé:" Quoi, vous êtes déjà revenues, êtes-vous parties pour seulement quelques heures? " Non, on m’a refusé l'entrée, a-t-elle répondu. " À la question pourquoi, elle a répondu: "Parce que je suis un transsexuel." Atalia a ensuite témoigné que la soldate israélienne continuait à s’adresser à elle sous une forme masculine: "Wow, quelle chose terrible, mais si vous étiez habillée correctement, vous seriez probablement passée." Plus tard, elle s'est excusée et a dit: "Wow, désolée, ma chère, vous êtes stupéfiante."

"Ce que nous avons rencontré à la frontière est une transphobie claire, sans équivoque et violente, mais elle a commencé bien avant la frontière avec l’Égypte et beaucoup plus au nord, juste à l’intérieur des bureaux du ministère de l’Intérieur d’Israël," a déclaré Tal, l’amie d’Atalia.

L'Autorité de la population et de la migration a répondu: "Nous ne pensons pas être en mesure de juger un autre pays, mais le contrôle des frontières en Israël permet le passage sans stipulation de sexe de la personne ou de sa manière de s’habiller."

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi