Un Israélien au Sri Lanka décrit le choc total après les attentats

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un Israélien au Sri Lanka décrit le choc total après les attentats

Près de 300 personnes ont été tuées et des centaines blessées lors d'une série d'attentats à la bombe contre plusieurs églises et hôtels au Sri Lanka, dimanche. Les attaques ont eu lieu alors que les fidèles célébraient la fête de Pâques.

Dans la capitale du Sri Lanka, Colombo, les attaques ont frappé une église et trois hôtels prisés. Deux autres églises ont été attaquées pendant les offices de Pâques à l'extérieur de la capitale. Selon les rapports de police, plusieurs de ces attaques se sont produites simultanément. Une autre explosion s'est produite quelques heures plus tard près d'un hôtel à Dehawali, au sud de Colombo, suivie d'une autre bombe quelques instants plus tard juste au nord de la capitale.

"Le Sri Lanka n'est pas habitué à des attaques de cette ampleur, qui ont causé la mort de 290 personnes et fait près de 500 blessés", a déclaré Amit Kabalana, un Israélien vivant au Sri Lanka.

"Les hôpitaux sont surchargés, a dit Mr Kabalana à Israël Hayom.

Les conséquences d'une explosion à l'église St. Sébastien à Negombo

Les conséquences d'une explosion à l'église St. Sébastien à Negombo

Malgré l'horreur des attaques à la bombe, il a déclaré que les Israéliens ne devraient pas avoir peur de visiter le pays.

"Je vis ici depuis deux ans et je dirige un certain nombre d'entreprises, dit-il. "Il y a beaucoup de touristes ici maintenant, et nous avons de la chance que ce soit la fin de la saison, ce qui fait moins de tort au tourisme. La question est de savoir comment cela affectera la prochaine saison touristique."

Bien qu'aucune organisation n'ait revendiqué la responsabilité des attentats à la bombe au moment où Israël Hayom s'est entretenu avec Kabalana, l'expatrié est certain que les agresseurs étaient musulmans.

"Il n'y a aucune chance qu'ils ne soient pas musulmans, d'après ce que dit la population ici. Ces dernières années, les habitants ont commencé à détester les musulmans, même s'ils ne sont pas des réfugiés ou des immigrants, c'est ici qu'ils vivent ", dit Amit Kabalana. "Mais la haine envers eux a augmenté récemment, et c'est apparemment leur façon de choquer."

Source : jns.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi