Un Israélien en lice pour la présidence guatémaltèque

Actualités, Alyah Story, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un Israélien en lice pour la présidence guatémaltèque

Les relations déjà excellentes entre Israël et le Guatemala pourraient bientôt prendre un nouvel élan, grâce à un candidat à la présidentielle des plus étranges.

Yitzhak Farhi, un homme d'affaires âgé de 58 ans originaire de Raanana, est candidat à la présidence du pays latin et estime que ses chances de victoire sont bonnes.

"Mes quatre autres candidats ont tous concouru dans le passé et ils ont échoué", dit-il.

Il y a deux mois, dans une interview accordée à une chaîne de télévision guatémaltèque, Mr Farhi a été interrogé sur le secret de la croissance impressionnante d'Israël.

Il a répondu que "les idéaux et l'unité" étaient à l'origine des succès de la jeune nation et a suggéré que le Guatemala pourrait également bénéficier de l'adoption de ces principes.

Ses paroles ont touché une corde sensible et Farhi a reçu une offre du parti ViVa pour se présenter aux élections présidentielles de juin. Il est peu probable que son chemin vers la victoire soit dépourvu d’obstacle, car il n'est pas parmi les premiers dans la course.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président guatémaltèque, Jimmy Morales (Photo: Marc Israel Sellem)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président guatémaltèque, Jimmy Morales (Photo: Marc Israel Sellem)

ViVa, ou Vision with Values, a actuellement trois sièges à l'assemblée législative guatémaltèque monocamérale de 158 sièges.

Yitzhak Farhi n'a pas été parachuté dans la campagne de nulle part - il est né au Guatemala et est entré en politique à un âge précoce.

Il a été l'un des fondateurs du Parti national pour l'avancement du Guatemala (PAN), qui est devenu l'un des plus importants du pays. Entre autres rôles, Mr Farhi a géré le système logistique du parti et mené des campagnes politiques qui ont mené à l’élection de deux présidents.

Il dirigeait également la communauté juive locale, était directeur de la Chevra Kadisha Jewish Burial Society (société funéraire) et commandant en chef des pompiers.

Farhi, marié et père de quatre enfants se définit lui-même comme sioniste. Il a immigré en Israël il y a 18 ans. Ses enfants ont tous servi dans des unités de combat des FDI et il est actuellement chef de la direction d'une entreprise spécialisée dans la prestation de services de santé.  Il promet de retourner en Israël si sa campagne échoue.

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi