Oded Shoseyov, l'israélien qui ne peut pas s'arrêter d'inventer

Actualités, Alyah Story, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Oded Shoseyov, l'israélien qui ne peut simplement pas s'arrêter d'inventer

Les notes médiocres d'Oded Shoseyov n'ont pas réussi à le faire entrer dans le programme de chimie de premier cycle à l'Université hébraïque de Jérusalem. Alors il a audacieusement persuadé un comité de professeurs de le laisser tenter sa chance.

C'était un bon pari: il deviendrait plus tard un professeur d'ingénierie des protéines et de nano-biotechnologie à la même université, et l'un de ses inventeurs et des entrepreneurs en série les plus prolifiques.

Shoseyov, aujourd’hui sur le point de fonder la 12e entreprise issue de ses recherches, a le don de transformer des concepts fous en produits commercialement viables tels que les repas imprimés, le collagène humain, les eucalyptus transgéniques pour l'industrie papetière et un système de ramassage d’excréments canins qui les transforme en engrais en poudre inodore.

"Je n'étais pas particulièrement bon élève mais j'étais toujours curieux de tout ce qui touchait à la science. Enfant, j'avais un laboratoire de chimie et d'électronique et j'ai construit des choses avec mon frère », explique Shoseyov dans son laboratoire de l'Institut Robert H. Smith de phytogénétique du campus de l'Université hébraïque de Rehovot pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement.

Sa famille vit à Rehovot, une ville de 150 000 habitants située à environ 20 kilomètres au sud de Tel Aviv, depuis huit générations. Rehovot est un grand centre universitaire et biotechnologique qui possède également une riche tradition agricole.

"Mon arrière-grand-père était l'un des fondateurs de Rehovot. Ce qui est maintenant la rue principale, Rehov Herzl, était sa vigne ", raconte Shoseyov. "Nous possédons toujours un vignoble d'environ 50 acres. Au milieu se trouve une cave, Bravdo, établie il y a environ 19 ans. "

Le nom de la cave rend hommage à son partenaire fondateur, le Prof. Ben Ami Bravdode de l'Université hébraïque, un éminent scientifique de la viticulture moderne sous la supervision duquel Shoseyov a étudié pour sa thèse sur la biochimie du vin et de la saveur du raisin.

Après un post-doctorat à l'Université de Californie à Davis de 1987 à 1990, Shoseyov a accepté un poste à la faculté d'agriculture de l'Université hébraïque et a fondé son premier laboratoire de génie des protéines.

La cellulose est partout

Au cours des 15 dernières années, M. Shoseyov s'est concentré sur les nanobiotechnologies, en particulier la nanocellulose.

Le Prof. Oded Shoseyov avec un échantillon de sa cave Bravdo. Photo: courtoisie

Le Prof. Oded Shoseyov avec un échantillon de sa cave Bravdo. Photo: courtoisie

Cette nano-fibre transparente et légère est plus résistante que l'acier et a un potentiel infini comme base pour des tissus super résistants, des chaussures, des écrans tactiles, des emballages, des peintures, des bâtiments, des implants médicaux et bien plus encore. Il est dérivé de la cellulose végétale, un polysaccharide (sucre) qui est le polymère le plus abondant sur terre.

«La cellulose est partout», explique Shoseyov, dont la première découverte en 1993 a été le développement et le clonage d'une protéine qui se lie à la cellulose afin de créer des matériaux composites.

À ce moment-là, il était naïvement prêt à publier un document avant de breveter son invention. Heureusement, il l'a mentionné lors d'un déjeuner décontracté avec George Aaron, cofondateur d'une société pharmaceutique israélo-américaine pour laquelle Shoseyov avait fait du conseil.

Alarmé, Aaron posa sa fourchette et téléphona à Yissum, la société de transfert de technologie de l'Université hébraïque. Il fit rapidement breveter la protéine de Shoseyov avant la publication du journal, donna au scientifique en herbe 150 000 $ pour faire une preuve de concept, lui promit 4% d'équité dans une entreprise commerciale basée sur son invention et demanda à Yissum de négocier des accords de licence.

"Nous n'avons même pas écrit l'accord sur une serviette mais ils l'ont respecté", explique Shoseyov.

CBD Technologies, la société d'ingénierie protéique fondée en décembre 1993 à la suite de cette conversation, a fusionné avec FuturaGene 13 ans plus tard et a été vendue 100 millions de dollars à la papeterie brésilienne Suzano en 2010. Le centre R & D est resté au Rehovot Science Park.

La technologie de Shoseyov accélère le taux de croissance des eucalyptus transgéniques utilisés pour la fabrication du papier. (Les plantes transgéniques sont renforcées avec l'ADN d'autres organismes.)

«C'était le premier arbre transgénique commercial jamais approuvé», explique Shoseyov.

"J'ai réalisé que c'était une chose de faire de la recherche et de publier un article, mais nous pouvons trouver des façons d'utiliser les données pour un avantage économique. C’est pourquoi aujourd’hui, je l'ai fait plus de 10 fois », dit-il à ISRAEL21c.

Collagène humain issu du tabac, aliments sortant d'une imprimante

Une autre branche de son laboratoire universitaire est la société de médecine régénérative CollPlant.

Les fibres de collagène humaines recombinantes extraites des plants de tabac transgéniques de Shoseyov sont six fois plus résistantes que les tendons et les ligaments du corps.

Les deux premiers produits homologués CE de CollPlant sont destinés à la cicatrisation des ulcères du pied diabétique et au traitement de la tendinite.

«Nous avons maintenant développé une bio-encre basée sur notre collagène qui convient à l'impression 3D», rapporte Shoseyov, et il a mis en place des collaborations pour développer des cornées, des reins et des poumons humains imprimés en 3D.

Pendant ce temps, Shoseyov est en train d'établir sa 12e entreprise, Chef-it, en collaboration avec le professeur Ido Braslavsky de l'université hébraïque.

"C'est une vraie révolution", dit Shoseyov. "Pour la première fois, nous pouvons imprimer les aliments et les cuisiner en même temps."

La plate-forme informatisée Chef-it permet l'impression 4D et la cuisson de repas personnalisés en utilisant des cartouches d'ingrédients dont une contenant de la fibre nanocellulose sans calorie comme liant auto-assemblant à la place de l'amidon, des œufs, du gluten ou de la gélatine.

Une grande variété de plats peut être cuits au four, frits ou grillés, et adaptés selon les préférences gustatives et les restrictions alimentaires. Imprimés et cuits couche par couche, ils peuvent prendre n'importe quelle forme.

"Vous pourriez faire un hamburger à base de plantes avec des frites au milieu", explique Shoseyov. "Je parle de choses qui ne sont pas possibles avec des méthodes de cuisson régulières."

Dans environ 18 mois, il espère avoir des sites bêta opérationnels dans les lieux de travail israéliens. Les hôpitaux et les restaurants peuvent suivre.

À l'avenir, il prévoit que les utilisateurs individuels de Chef-it programmeront la machine pour préparer les repas à temps pour que les enfants rentrent de l'école. «Vous pouvez utiliser une application pour smartphone pour envoyer une commande d'impression à chacun de vos enfants afin qu'ils commandent exactement ce qu'ils veulent et ce dont ils ont besoin pour leur alimentation et leur goût personnels», explique-t-il.

70 by 70

Il ne fait aucun doute que ces professeurs de chimie à l'université hébraïque sont heureux d'avoir accepté Oded Shoseyov en 1978.

Il a remporté plusieurs prix, écrit ou co-écrit plus de 180 publications scientifiques, inventé ou co-inventé 50 brevets, et a récemment été choisi par le Founders Studio pour sa présentation "70 by 70" saluant des Israéliens exceptionnels.

En plus de superviser les 20 étudiants diplômés dans son laboratoire, d'enseigner à des classes et de maintenir un rôle actif dans ses affaires, Shoseyov aime courir, faire du vélo de montagne et chanter dans un quatuor.

"Mon inspiration est Léonard de Vinci, le scientifique le plus interdisciplinaire de tous les temps - chimiste et médecin, ingénieur et artiste", dit Shoseyov, père d'une fille et de deux fils de son premier mariage et beau-père des deux filles de sa femme actuelle, Yaeli Pintchuk, psychologue spécialisé dans les troubles de l'alimentation.

Les autres sociétés nanotechnologiques que Shoseyov a contribué à fonder sont: SP Nano, Melodea (cellulose nanocristalline issue des dépôts de papier pour les mousses structurales, composites et adhésifs), Valentis Nanotech (films transparents nano-bio pour l'emballage alimentaire et l'agriculture), Paulee CleanTec (déchets en engrais en poudre), GemmaCert (analyse rapide des plantes de cannabis), Biobetter (production d'anticorps thérapeutiques sur les plants de tabac), Cannabi-Tech (outils de normalisation pour les produits de cannabis médical) et BondX (bio-additifs écologiques pour l'industrie papetière).

Il siège également aux conseils d'administration de PlantArcBio et d'UBQ Materials.

La plupart des bureaux de ses entreprises se trouvent dans le parc scientifique de Rehovot. Au sein des deux sociétés dont le siège social est situé dans le Nord, il délègue davantage de responsabilités.

"Je suis toujours prêt à donner mes idées à d'autres personnes parce que j'en ai probablement plus que ce je peux traiter. Je crois que si vous voulez vraiment passer à l'étape suivante, il est important de collaborer avec des personnes de différentes disciplines », a déclaré Shoseyov. "J'ai de la chance de travailler avec de très bonnes personnes, donc tout ne repose donc pas sur mes épaules."

Source : Israel21C

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi