Vols vers Israël : les passagers devront attacher plus tôt leurs ceintures

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
   Vols vers Israël : les passagers devront attacher plus tôt leurs ceintures

Agence France-Presse Jérusalem

Le 25/02/08, Les passagers des avions civils se rendant en Israël devront attacher plus tôt leur ceinture avant l'atterrissage, suite à des consignes de sécurité renforcées, a-t-on appris vendredi auprès du ministère israélien des Transports.    

Les ceintures devront être attachées à 290 km des côtes israéliennes, contre 150 km jusqu'à présent, selon les nouvelles consignes, a précisé le quotidien Yediot Aharonot.

Par ailleurs, le ministère a également demandé aux compagnies aériennes de verrouiller l'entrée de la cabine de pilotage à partir de 290 km des côtes.

La porte-parole du ministère, Ora Salomon, a indiqué à l'AFP que «des recommandations avaient été données aux compagnies aériennes pour que les passagers ne se déplacent plus dans l'avion» à partir de cette distance.

Ces mesures sont destinées à donner 15 minutes supplémentaires aux autorités israéliennes pour réagir en cas de prise de contrôle de l'appareil par des pirates de l'air, selon le journal.

Ces quinze minutes sont cruciales pour l'interception à temps par des avions de chasse d'un appareil détourné.

Selon les experts de la lutte anti-terroriste, c'est à l'approche de l'atterrissage que les risques sont les plus élevés, car les pirates de l'air comptent sur le fait que les autorités du pays visé n'ont pas le temps de prendre des mesures adéquates.

Israël est sur le qui-vive après les menaces du Hezbollah libanais, appuyé par l'Iran, de venger l'assassinat de l'un de ces chefs, qu'il impute à Israël bien que l'État juif le nie.

Imad Moughnieh, homme clé des opérations armées du Hezbollah, a été tué le 12 février dans un attentat à la voiture piégée à Damas. Soupçonné d'une série d'attentats et d'enlèvements, il était recherché depuis une vingtaine d'années par Interpol, les États-Unis et Israël.

Lors de ses obsèques, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait déclaré une guerre ouverte à Israël.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi