Un soldat tué durant l'offensive israélienne à Gaza.

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                Un soldat tué durant l'offensive israélienne à Gaza.
Le sergent chef Yehouda Bessal, 21 ans, a été tué jeudi durant l'opération militaire israélienne au nord de la bande de Gaza destinée à mettre fin aux tirs de roquettes sur Israël.

Yehouda Bessal, a succombé à ses blessures à l'hôpital suite à des tirs venant apparemment de soldats israéliens l'ayant pris par erreur pour un terroriste palestinien, lors de l'opération terrestre engagée par les forces militaires israéliennes jeudi matin dans la ville de Beit Lahia au nord de la bande de Gaza. Bessal, qui vivait au moshav Yinon dans le sud du pays était le plus jeune fils d'une famille de six enfants. Il sera inhumé ce vendredi.
Entamée pour libérer le soldat Gilad Shalit, enlevé par un commando palestinien à la frontière sud de la bande de Gaza il y a deux semaines, l'opération «Pluies d'été» s'est poursuivie au nord du territoire palestinien pour mettre fin aux tirs incessants de roquettes vers le Néguev.
Malgré la présence de Tsahal, les palestiniens ont réussi ce jeudi à tirer neuf roquettes en direction de Sdérot et d'autres localités voisines sans faire de blessés, mais causant des dégâts à une usine de Kfar Aza.
27 Palestiniens ont été tués et plus de 50 blessés dans l'attaque israélienne qui a provoqué la colère des dirigeants du Hamas. Ceux ci ont appelé leurs hommes à prendre les armes pour lutter contre « l'invasion sioniste», selon les termes du ministre palestinien de l'Intérieur Saed Siyam.
Le ministre de la Défense Amir Peretz a affirmé que Tsahal ne resterait pas longtemps dans la bande de Gaza mais qu'Israël ne permettrait pas la poursuite des tirs vers son territoire et exigeait la libération sans conditions de Gilad Shalit.
Le père du soldat en captivité, Noam Shalit a de son coté demandé au gouvernement d'envisager la libération de prisonniers palestiniens en échange de la libération de son fils Gilad. Des panneaux avec l'inscription «Gilad, on t'attend à la maison» ont été installés dans la région de Mitspé Hila ou vit sa famille.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi