Tzipi Livni, l'ambition tranquille

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                              Tzipi Livni, l'ambition tranquille

JERUSALEM, le 03/05/07- A 48 ans, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, étoile montante de la politique israélienne, est devenue la principale rivale du Premier ministre Ehoud Olmert, dont elle veut ouvertement prendre la place. Elle n'a pas hésité à demander publiquement sa démission mercredi, deux jours après la publication d'un rapport accablant pour lui sur la gestion de la guerre au Liban.

Née à Tel Aviv en 1958, Tzipi Livni est la fille d'un militant du Likoud, Eitan Livni. Elue en 1999 comme députée du Likoud, Tzipi Livni était une proche de l'ancien Premier ministre Ariel Sharon, dans le coma depuis une attaque cérébrale en janvier 2006.

Elle est ministre des Affaires étrangères d'Ehoud Olmert depuis 2006 et aspire aujourd'hui à devenir la deuxième femme chef de gouvernement de l'histoire de l'Etat hébreu, après la légendaire Golda Meir.

Opposée à l'origine à un compromis avec les Palestiniens, elle a progressivement évolué vers des positions moins tranchées, elle a quitté le Likoud avec Ariel Sharon lorsqu'il s'en alla fonder le parti centriste Kadima. Et a suivi la même évolution que son mentor, passée du camp des "faucons" à celui du pragmatisme.

Mariée, mère de deux enfants, Tzipi Livni est diplômée en droit de l'Université Bar Ilan de Tel Aviv. Avant de rejoindre le Mossad, les services de renseignements israéliens, dont elle a été agent de 1980 à 1984, elle avait le grade de lieutenant dans l'armée.

Tzipi Livni, d'apparence calme et réservée, mesure ses mots. Elle a su se faire apprécier de l'opinion, et, à l'issue d'une ascension tranquille au sein de la classe politique, compte peu d'ennemis déclarés et beaucoup d'admirateurs.

Bien plus à l'aise en hébreu qu'en anglais, elle n'en a pas moins convaincu la communauté diplomatique, saluée pour son habileté à expliquer le point de vue d'Israël.

Atout supplémentaire pour cette femme à l'ambition avouée, elle apparaît pour le moment épargnée par les nombreuses affaires (scandales sexuels, corruption...) qui secouent l'Etat hébreu.

Affaibli par les conclusions du rapport Winograd sur la guerre au Liban, Ehoud Olmert ne lui est plus utile désormais. "Je lui ai dit que la démission serait pour lui la bonne chose à faire", a-t-elle commenté mercredi après un entretien avec le chef du gouvernement. Elle souhaite également prendre sa succession à la tête du parti Kadima.

Tzipi Livni, qui a occupé divers postes ministériels, n'est à l'occasion pas dépourvue d'humour. Chargée de l'intégration des immigrés russes -nombreux en Israël- elle en fit la preuve alors qu'elle accompagnait Ariel Sharon à Moscou, voyage à l'occasion duquel le président Vladimir Poutine rendit hommage au charme et la séduction de la ministre.

Au journaliste qui lui demandait ensuite comment elle comptait "séduire" un million d'immigrants russes, elle a alors répondu: "Un à la fois".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi