Roquettes sur Kyriat Shmona

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                                    Roquettes sur Kyriat Shmona

Trois Katiouchas ont été tirées dimanche à partir du Liban vers la ville du nord d'Israël, provoquant des dégâts matériels importants.
 
Dix mois après la fin des hostilités avec le Hezbollah, le calme a été rompu par des tirs de missiles en provenance du Liban sur la ville de Kyriat Shmona. Deux des trois roquettes tirées ont provoqué des dégâts matériels, sans faire de victime, et les habitants de la localité frontalière ont été appelés à se rendre dans les abris, redonnant pour quelques heures à Kyriat Shmona, l’aspect de ville fantôme qu’elle avait connu durant la seconde guerre du Liban.
Le chef d’état major Gaby Ashkenazy a quitté précipitamment une soirée au profit des orphelins de Tsahal pour se rendre à Tel-Aviv, afin d’y tenir des consultations avec les plus hauts responsables sécuritaires. Dans la soirée, la ville du nord retrouvait ses habitudes, et son maire, Haïm Barbibay, a annoncé aux habitants qu'ils n’étaient pas astreints à passer la nuit dans les abris.
 
Cette attaque est apparemment le fait de groupes palestiniens se trouvant au Liban, et non du Hezbollah, responsable du déclenchement de la guerre en été dernier. La milice chiite a d'ailleurs démenti être liée à ces nouveaux tirs de roquettes sur Israël.
 
Le Premier ministre Ehud Olmert en visite officielle à Washington a réagi, affirmant qu’Israël ne riposterait pas à cette provocation mais il a ajouté que ces tirs démontraient l’importance de renforcer la force internationale de la Finul, présente au Liban sud depuis la fin de la guerre, le 14 août dernier. Le ministre de la défense sortant, Amir Peretz, a  quant à lui rejeté la responsabilité des tirs sur l’armée libanaise, rappelant qu’elle était maître du terrain depuis l’accord de cessez le feu signé en été dernier.
Le président libanais, Fouad Siniora, a annoncé pour sa part  qu’il avait demandé aux soldats de son armée de tout faire pour éviter à l’avenir que de tels incidents ne se reproduisent.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi