Le réserviste le plus ancien de Tsahal

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                                  Le réserviste le plus ancien de Tsahal

Article paru dans "Aroutz7",le 19/12/07

Certains ont du mal à quitter l'uniforme. Mais il existe des cas extrêmes comme celui du colonel de réserve Zeev Tibi Rom, 77 ans, qui a reçu ce mardi matin la médaille du combattant pour ses actes de bravoure pendant …la seconde guerre du Liban. Elle lui a été remise par le commandant de la région militaire centre, Gadi Shamni. Avec cette nouvelle distinction, il est devenu l'un des deux seuls officiers portant des décorations des sept guerres d'Israël.
 

Interrogé par le site NRG du quotidien Maariv, il a déclaré avec enthousiasme qu'il servirait sous les drapeaux "jusqu'à ce qu'il soit renvoyé chez lui ou qu'il ne puisse plus marcher".

Zeev Tibi Rom, qui n'est donc pas de la première jeunesse, est membre du Kibboutz Afikim, dans la vallée du Jourdain. Il a trois enfants et deux petits-enfants. Il a raconté qu'il s'était engagé pour la première fois dans les rangs de la brigade de Golani, en 1948, lorsqu'il était âgé d'à peine 17 ans. Il a alors combattu pour la création de l'Etat d'Israël et par la suite, pendant la Guerre d'Indépendance. Il s'est souvenu: "j'avais alors le sentiment de bâtir le pays, On m'a élevé ainsi, en m'inculquant qu'il fallait même être prêt à sacrifier sa vie pour sa patrie. Aujourd'hui, on devrait investir davantage dans l'éducation".

Pendant 60 ans et six guerres, il a donc été appelé régulièrement pour effectuer ses périodes de réserve. Et lorsque la seconde guerre du Liban a éclaté, il a été incorporé dans une unité de volontaires de la ligne verte et a servi dans la vallée du Jourdain et dans le Guilboa. Evoquant cette période récente, il a précisé: ''Nous voulions rejoindre le Nord mais on ne nous a pas acceptés là-bas. Aujourd'hui, je ne me considère pas comme un héros mais je suis très fier".

Nostalgique, il a raconté ce qu'était l'armée au début de l'Etat. Il a bien sûr déploré avec tristesse la perte d'un certain nombre de ses camarades, tombés sur le champ de bataille mais malgré ces moments tragiques, il garde de bons souvenirs de cette époque. Il a précisé: "Nous n'avons pas choisi de partir en guerre, nos ennemis nous les ont imposées, et aujourd'hui aussi, nous avons une excellente armée avec de très bons soldats".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi