Le parti de Kadima mène les législatives

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

   Le parti de Kadima mène les législatives, le Hamas prêt au dialogue avec le Quartette

israel2.jpg

A la veille des législatives en Israël, le parti Kadima du Premier ministre Ehud Olmert était donné vainqueur lundi, mais le grand nombre d'indécis et le renforcement de l'extrême droite rendaient incertaine sa marge de manoeuvre pour former une coalition gouvernementale.

Le Premier ministre palestinien désigné, Ismaïl Haniyeh, du Hamas, a affirmé lundi au Parlement que son gouvernement, qu'il était prêt à entamer un dialogue avec le Quartette international sur le Proche-Orient pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

"Notre gouvernement sera prêt à dialoguer avec le Quartette international (Etats-Unis, UE, Russie, Onu) afin de mettre un terme au conflit et d'instaurer le calme dans la région", a déclaré M. Haniyeh dans son discours d'investiture.
"Notre gouvernement n'épargnera aucun effort pour parvenir à une paix juste dans la région qui mettra fin à l'occupation et restituera nos droits", a-t-il ajouté depuis Gaza.

"Nous n'avons jamais été des partisans de la guerre, du terrorisme ou des effusions de sang, mais c'est l'occupation israélienne qui a exercé toutes les formes de terrorisme contre notre peuple en le chassant hors de sa patrie et en l'assiégeant et l'affamant", a-t-il poursuivi.

israel.jpg

Il a en outre appelé les Etats-Unis à "réviser leur politique à l'égard du peuple palestinien" et à faire preuve "d'équité et de responsabilité en cessant de soutenir l'occupation et d'user d'une politique de deux poids deux mesures, afin que paix, stabilité et prospérité puissent s'instaurer dans la région", a souligné M. Haniyeh.

Selon d'ultimes sondages, la formation centriste de Ehud  Olmert obtiendrait 34 sièges de députés, mais 22% des électeurs seraient encore indécis, représentant 28 mandats sur 120 à la Knesset (Parlement).

Pour illustrer ce phénomène, la télévision publique a montré des images d'Israéliens flottant sur la Mer Morte en lisant leur journal.

Selon un sondage du journal Yédiot Aharonot les alliés potentiel de M. Olmert obtiendraient les résultats suivants: parti travailliste d'Amir Peretz 21, Meretz-Yahad (gauche laïque) 5, Parti des retraités 2, Shass (orthodoxe sépharade) 11.

"Je me bats pour être l'idéologue du gouvernement (...) C'est mon ambition", a déclaré M. Peretz, reconnaissant ainsi implicitement qu'il ne brigue pas le poste de Premier ministre.

Après trois ans dans l'opposition, le Shass a de son côté hâte de revenir au gouvernement, notamment pour assainir les finances de ses institutions, mais pourrait faire monter les enchères.

Les commentateurs n'excluent pas que M. Olmert cherche de son côté à brouiller les cartes en ouvrant le jeu au Israël Beiteinou (extrême droite russophone) d'Avigdor Lieberman, qui est crédité de 12 mandats.
Il doit apparemment sa percée au recul du Likoud (droite) de Benjamin Netanyahu qui s'effondrerait avec 13 sièges seulement, tandis que l'Union nationale-PNR (extrême droite - colons) obtiendrait neuf élus.

Un sondage du Maariv donne des résultats assez voisins, mais ne crédite les travaillistes que de 17 mandats.

"Il n'y a pas de panique chez nous (...) Nous voulons simplement obtenir la force nécessaire pour réaliser notre programme, et j'appelle chacun à aller voter en conscience", a indiqué dimanche soir à la seconde chaîne privée de la télévision la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, du Kadima.

Le scrutin doit se dérouler sous haute surveillance, les services de la sécurité intérieure évoquant de nombreuses menaces d'attentats.

"Nous avons mobilisé quelque 5.000 policiers et volontaires pour que le processus démocratique puisse se dérouler normalement, qui seront placés mardi en état d'alerte maximum", a indiqué le commandant de police du district de Jérusalem, Ilan Franco. Au niveau national, 22.000 policiers quadrilleront le pays.

Pour parer à toute éventualité, la police a limité lundi l'accès de l'esplanade des Mosquées de Jérusalem uniquement aux fidèles musulmans

Sur le terrain, un activiste du Jihad islamique a été tué lundi et deux autres blessés dans le nord de la bande de Gaza lorsque l'armée israélienne a ouvert le feu à l'arme automatique, au canon de char et par l'aviation.

Ce décès porte à 4.987 le nombre des tués depuis le déclenchement de l'Intifada en septembre 2000, en majorité des Palestiniens, selon un décompte établi par l'AFP.

Dans la nuit, un appareil israélien a d'autre part visé sans l'atteindre une voiture à bord de laquelle circulait un responsable des Brigades des Martyrs d'al-Aqsa, lié au Fatah, et une des deux roquettes tirées a explosé près d'un centre de la police palestinienne, blessant deux policiers et un civil.


Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi