Le corps retrouvé près de Rouen est bien celui du diplomate israelien David Dahan

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le corps retrouvé près de Rouen est bien celui du diplomate israélien David Dahan
 

PARIS, le 26/02/07 L'enquête sur la disparition en France, il y a un mois, d'un diplomate israélien a trouvé son épilogue: un corps retrouvé mercredi dans la Seine près de Rouen (Seine-maritime) est bien celui de David Dahan, dont le suicide par noyade semble confirmé.

"La comparaison génétique, mise en oeuvre pour lever le moindre doute, a permis une identification formelle de M. Dahan", a-t-on appris samedi de source policière. "Aucun élément suspect n'a été retrouvé sur le corps", autrement dit pas de coups ou lésions provoqués volontairement, toujours selon cette source, ce qui semble accréditer la thèse du suicide par noyade. M. Dahan, 54 ans, chef de la mission en France du ministère israélien de la Défense a disparu dans la nuit du 21 au 22 janvier de son appartement situé près de l'ambassade israélienne à Paris.
 
Sa voiture avait été découverte le 24 janvier à Rouen en bordure de Seine, vide et fermée. L'autopsie réalisée jeudi soir avait déjà conclu que le corps retrouvé mercredi après-midi dans la Seine était "vraisemblablement" celui de M. Dahan, notamment grâce à des "examens dentaires fiables". Par ailleurs, "l'apparence physique et vestimentaire" correspondait "en tous points" à celle du diplomate.
 
Mais "compte tenu de l'état du corps" dû à "son séjour prolongé dans l'eau", des comparaisons d'ADN avaient été demandées par la justice, en complément de l'autopsie. C'est mercredi vers 15H30 qu'un passant a découvert le corps flottant dans l'eau à hauteur de La Bouille (Seine-Maritime), une localité située sur la rive gauche de la Seine, à une dizaine de km en aval de Rouen. Selon le quotidien israélien Maariv, M. Dahan souffrait de dépression à la suite d'une demande de divorce de son épouse.
 
Dès le début de l'enquête, l'hypothèse d'un suicide avait été privilégiée, compte tenu de son état psychologique et d'écrits laissés par le diplomate avant de disparaître. En Israël, l'affaire a été entourée de la plus grande discrétion. Le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, avait effectué une visite éclair à Paris le 31 janvier, dans le contexte de cette affaire entourée de la plus grande discrétion en Israël. Une équipe de quinze plongeurs de l'ONG israélienne orthodoxe "Zaka" était venue mi-février à Paris pour aider aux recherches de David Dahan, selon cette ONG.
 
L'ONG "Zaka" est une organisation essentiellement formée par des bénévoles juifs ultra-orthodoxes pour porter les premiers secours aux accidentés de la route et aux victimes d'attentats. Ce sont également ces bénévoles qui procèdent à la collecte des restes humains après les attentats pour leur donner une sépulture conformément à la loi juive. Une cérémonie de levée du corps était organisée samedi à 19H30 GMT à l'aéroport parisien de Roissy, en présence de l'ambassadeur d'Israël en France, des collaborateurs et des proches de David Dahan.
Le rapatriement de la dépouille vers Israël était prévu dans la soirée. Dans un communiqué publié samedi, l'ambassade d'Israël en France a remercié les autorités françaises "pour la diligence avec laquelle elles ont mené l'enquête sur cette disparition".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi