Le 18/01/07, Israël: démission du chef d'état major, enquête contre Olmert

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
          Israël: démission du chef d'état major, enquête contre Olmert

danol.jpgJERUSALEM, le 18/01/07  - La démission du chef d'état major Dan Haloutz et l'ouverture d'une enquête policière contre le Premier ministre, Ehud Olmert, ont sérieusement ébranlé mercredi un gouvernement israélien déjà en chute libre dans les sondages.

Le général Haloutz est le plus haut responsable à quitter ses fonctions à la suite des ratés de la guerre au Liban. Il s'est engagé lors d'une réunion avec les autres membres de l'état-major à procéder à une "transition ordonnée" pour sa succession, a indiqué un porte-parole militaire.

M. Olmert a annoncé qu'il allait mener "dans les prochains jours" des consultations élargies et intensives avec, notamment, des anciens Premiers ministres, chefs d'état-major et ministres de la Défense pour désigner rapidement un successeur au chef d'état-major, a indiqué son bureau dans un communiqué.

Il entend par ces consultations élargies montrer que la désignation du successeur du généralchefar.jpg Haloutz sera le résultat d'un très large consensus dépassant les clivages politiques. Le général Haloutz n'est toutefois pas le seul à être considéré par l'opinion publique comme responsable des revers subis durant ce conflit qui a opposé Israël au Hezbollah, du 12 juillet au 14 août. Une majorité d'Israéliens estiment que M. Olmert ainsi qu'Amir Peretz, ministre de la Défense, doivent eux aussi démissionner. Le quotidien Maariv souligne qu'après le départ de Dan Haloutz, annoncé mardi, "c'est désormais au tour d'Amir Peretz de quitter ses fonctions pour permettre à l'armée de s'engager dans une nouvelle voie. Quant à Olmert, c'est à l'opinion publique de juger".
 
La situation du Premier ministre est d'autant plus fragilisée que le procureur de l'Etat a ordonné mardi l'ouverture d'une enquête criminelle à son encontre dans un scandale financier lié à la privatisation de la banque Leumi, la deuxième du pays. Le Premier ministre est soupçonné d'être intervenu, alors qu'il était ministre des Finances par intérim en 2005, en faveur d'un homme d'affaires australien, Frank Lowy, candidat à la reprise d'une partie du capital de la banque. L'appel d'offres avait été remporté finalement par une société sans relation avec M. Lowy. M. Olmert est impliqué dans plusieurs autres enquêtes concernant notamment des transactions immobilières. Les partis d'opposition de droite et de gauche ont estimé mercredi que M. Olmert devait quitter ses fonctions sans même attendre les conclusions préliminaires de la commission d'enquête officielle sur la guerre du Liban qui doivent être rendues publiques au début février.
 
La radio militaire a également évoqué la possibilité que le départ du général Haloutz ait un "effet domino" en entraînant les démissions de MM. Olmert et Peretz. Hanan Cristal, commentateur politique de la radio publique, estime que le sort d'Ehud Olmert est également lié à la "capacité de survie" de son parti centriste Kadima, qui s'est présenté pour la première fois l'an dernier aux élections. Selon lui, des responsables du Kadima estiment que M. Olmert devrait se démettre et permettre à Tzipi Livni, l'actuelle ministre des Affaires étrangères, la seule épargnée par les sondages, de prendre les rênes du pouvoir. Le malaise dans lequel se débat Israël depuis la guerre au Liban a été entretenu par ces affaires de corruption ainsi que par l'incapacité de l'armée à empêcher les tirs de roquettes contre le nord de l'Etat hébreu, contrairement aux assurances données par les responsables militaires et politiques au début des combats.
 
Les critiques portent notamment sur l'impréparation des unités régulières et des réservistes engagés dans la guerre, la confusion et les contre-ordres fréquents du commandement et le fait que l'armée n'avait pas rempli ses objectifs, à savoir briser l'appareil militaire du Hezbollah et obtenir la libération de deux militaires israéliens capturés par le Hezbollah.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi