Le 09/01/07, Le Premier ministre israélien Olmert en Chine pour parler de l'Iran

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
         Le Premier ministre israélien Olmert en Chine pour parler de l'Iran

PEKIN, le 09/01/07,  Le Premier ministre israélien Ehud Olmert est arrivé mardi à Pékin pour une visite de trois jours en Chine, l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, auquel il fera part de ses craintes de voir l'Iran se doter de l'arme nucléaire.

Au cours de cette visite, au contenu également économique, M. Olmert doit notamment rencontrer le président chinois Hu Jintao et son homologue Wen Jiabao. "Les entretiens en Chine d'Olmert seront très importants. Il devrait mettre en avant le dossier iranien", a dit un responsable israélien à bord de l'avion emportant la délégation en Chine.

La Chine est probablement la plus délicate de ses visites, même si elle a a voté en décembre, aux côtés des quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, une résolution infligeant des sanctions sur les programmes nucléaire et balistique iraniens. La délégation israélienne s'attend à des réticences chinoises pour imposer davantage de sanctions contre Téhéran, important producteur de gaz et de pétrole, ressources énergétiques nécessaires à la forte croissance économique de la Chine.

"Pourtant, nous devons nous préparer à une nouvelle série de sanctions contre l'Iran dans les prochains mois", a indiqué le responsable s'exprimant sous couvert de l'anonymat. Israël accuse l'Iran de dissimuler un programme nucléaire militaire derrière son programme civil et de vouloir se doter de la bombe atomique.

Les nombreux appels du président iranien Mahmoud Ahmedinejad à la destruction de l'Etat d'Israël n'ont fait qu'accroître ses craintes.

"La Chine est membre permanent du Conseil de sécurité. Il est donc très important que le Premier ministre présente à la direction chinoise ses vues sur les questions régionales, comme la question palestinienne, la Syrie, le Liban et l'Iran", soulignait à la veille de la visite un haut responsable israélien sous couvert de l'anonymat.

"Il est très important d'aller à Pékin et dire clairement les inquiétudes d'Israël sur le nucléaire iranien. Les Chinois ne souhaitent pas non plus voir l'Iran se doter d'une arme nucléaire", ajoutait-il, alors que vendredi Hu Jintao a appelé l'Iran à faire une "réponse sérieuse" à la résolution de l'Onu, en recevant le principal négociateur du dossier nucléaire iranien, Ali Larijani.

Si le dossier iranien est un des sujets prioritaires, Ehud Olmert n'en négligera pas pour autant les question bilatérales, notamment économiques, lors de cette visite marquant 15 ans de relations diplomatiques. Le Premier ministre devait d'ailleurs commencer son séjour par la visite d'une laiterie proche de la capitale chinoise, dotée d'équipements israéliens et "symbolisant le type de coopération souhaitée par les deux pays", selon un responsable israélien.

Une autre étape sera consacrée au site du village olympique construit pour 2008, Israël estimant avoir "beaucoup à proposer à la Chine pour ces jeux au plan de la technologie et du savoir", selon la même source. Et son premier entretien officiel est prévu mardi avec le ministre du Commerce Bo Xilai.

Ehud Olmert a aussi voulu placer sa visite, sa première en tant que Premier ministre, sur un plan plus personnel, en confiant qu'elle équivaudrait pour lui pour lui à "un retour aux sources".

Ses parents, des juifs russes fuyant les persécutions, s'étaient réfugiés au début du XXe siècle en Mandchourie, dans le nord-est de la Chine, avant de gagner la Palestine sous mandat britannique où il est né.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi