Le 01/01/07, Un photographe de l'AFP enlevé par des inconnus à Gaza

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
          Un photographe de l'AFP enlevé par des inconnus à Gaza
 

GAZA , le 01/01/07 - Un photographe de l'Agence France-Presse, Jaime Razuri, de nationalité péruvienne et âgé de 50 ans, a été enlevé lundi après-midi par des inconnus à Gaza, alors que des accrochages interpalestiniens ont fait deux blessés. Des hommes armés, non masqués, ont enlevé le photographe au pied de l'immeuble où se trouve le bureau de l'AFP, dans le centre de la ville de Gaza, alors qu'il rentrait d'un reportage avec un traducteur et un chauffeur. "Nous sommes descendus de la jeep. J'ai entendu des bruits d'armes, je me suis retourné et j'ai vu deux hommes armés non masqués. Ils ont pointé leurs armes sur Jaime et sur moi. Ils m'ont dit de me taire et l'ont emmené dans une voiture de marque Subaru", a indiqué le traducteur Hammam Al Faghaoui. Le traducteur a souligné qu'il y avait deux autres hommes armés dans la voiture. Il leur a demandé de s'identifier et de dire ce qu'ils voulaient, mais les ravisseurs n'ont pas répondu et ont démarré en trombe.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a immédiatement ordonné que des recherches soient lancées. Selon un responsable de l'Autorité palestinienne, M. Abbas a ordonné à "tous les services de sécurité" palestiniens de se lancer à sa recherche. Des responsables palestiniens de la sécurité ont déclaré lundi soir, plusieurs heures après l'enlèvement, qu'ils escomptaient une issue rapide à cette affaire. Toujours dans la bande de Gaza, deux Palestiniens ont été blessés dans des échanges de tirs entre des partisans du parti Fatah du président Abbas et ceux du Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle le gouvernement, a-t-on appris au sein des services de sécurité.

Ces confrontations ont éclaté dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, où dix militants du Hamas et un du Fatah ont ensuite été enlevés. Le Hamas et le Fatah ont conclu le 19 décembre une trêve, à la suite de confrontations qui ont fait 16 tués dans les deux camps. Celles-ci avaient éclaté après l'annonce par M. Abbas le 16 décembre de son intention de convoquer des élections anticipées pour débloquer la crise politico-financière qui paralyse l'Autorité palestinienne. Le Hamas avait rejeté ces élections, les qualifiant de "coup d'Etat". Jaime Razuri a réalisé des reportages pour l'AFP en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Europe. Début 2006, il a été envoyé spécial pendant trois mois en Irak.

Au Pérou, il a notamment couvert en 1988-89 la campagne présidentielle de l'écrivain Mario Vargas Llosa. En marge de son travail journalistique, il a participé à des expositions collectives aux Etats-Unis et à Lima, avec un intérêt tout particulier pour les thèmes de l'environnement et de la santé. Il prépare actuellement un ouvrage sur le sida au Pérou. Les enlèvements d'étrangers se multiplient depuis plus d'un an dans les territoires palestiniens, surtout dans la bande de Gaza, plongés dans un chaos sécuritaire. Au total, une vingtaine d'étrangers, dont plusieurs journalistes, ont été enlevés ces derniers mois à Gaza. Ils ont tous pour la plupart été rapidement relâchés, les ravisseurs cherchant en général à obtenir la libération de Palestiniens détenus par l'Autorité palestinienne.

Le 21 novembre, deux membres de la Croix rouge italienne, enlevés alors qu'ils circulaient dans une voiture du CICR, avaient été libérés après avoir été détenus moins d'une journée. Le 30 octobre, un Espagnol de 34 ans travaillant pour une ONG avait lui aussi été capturé, gardé quelques heures puis libéré. Le 24 octobre Emilio Morenatti, photographe espagnol de l'agence américaine Associated Press, avait également été brièvement détenu. En août, deux journalistes de la télévision américaine Fox News, Steve Centanni et Olaf Wiig, avaient cependant été enlevés pendant treize jours.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi