La Corée du sud menace d'annuler tous ses accords militaires siIsraël...

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Article paru dans "Israel Valley"

Difficile de croire que l’acquisition d’un simple avion d’entrainement puisse provoquer une crise majeure entre deux pays alliés militairement. C’est pourtant ce qui semble être le cas entre Israël et la Corée du Sud. Après avoir engagé des négociations avec Séoul autour du chasseur T-50, l’Etat hébreu aurait finalement décidé de privilégier le M-346 italien pour la formation de ses pilotes.

Les excellentes relations qu’entretient le premier ministre Benyamin Netanyahou avec son homologue italien Silvio Berlusconi, auquel s’ajoute l’isolement actuel de l’Etat hébreu au sein de l’Union européenne, pèseraient largement sur une éventuelle transaction. Au total, 40 appareils produits par Alenia Aermacchi, le plus grand constructeur aéronautique italien, seraient livrés à l’armée israélienne dans les prochaines années.

Cette information, qui s’apparente à un choix politique mais qu’aucune source officielle n’est venue encore confirmée, a provoqué l’ire des autorités sud-coréennes. Elles menacent, le cas échéant, de rompre tous ses accords de défense avec Israël. Ce dossier a figuré cette semaine au cœur d’une rencontre – très tendue – entre l’ambassadeur sud-coréen à Tel Aviv, Kim Ilsoo, et le directeur du ministère israélien de la défense Oudi Shani.

Il faut dire que pour les industries aérospatiales coréennes (KAI), l’enjeu est de taille : en contrepartie d’une commande de 20 avions T-50, elles remporteraient la bagatelle d’un milliard de dollars. Signe tangible de l’intérêt des Israéliens, des officiers supérieurs de l’armée de l’air se sont rendus à de maintes reprises à Séoul pour examiner cet appareil, dont les performances se rapprochent du F-16 de Lockheed Martin.

Pour l’heure, Israël dément avoir tranché entre le T-50 et le M-346 : « le ministère examine les deux offres et choisira le meilleur avion de combat d’entrainement pour son armée de l’air », affirme un communiqué. Selon toute vraisemblance, l’Etat hébreu ne se prononcera définitivement qu’à la fin de l’année ou, au plus tard, début 2012.

Reste que cette crise tombe mal. Inquiet des risques d’une possible escalade militaire avec son voisin du nord, le gouvernement de Séoul avait décidé dernièrement d’augmenter de 25% son budget annuel de défense. La Corée du Sud avaiot alors sollicité Israël en vue d’acquérir drones, missiles, radars et même des systèmes antiaériens.

Le rapprochement militaire entre Israël et la Corée du Sud s’est accentué il y a trois ans. Sur le plan commercial, les échanges entre les deux pays sont évalués à 1,25 milliard de dollars par an. Ils se répartissent de la façon suivante : plus de 60% se composent d’exportations coréennes vers l’Etat hébreu, tandis que le dernier tiers est exclusivement constitué de livraisons d’armements « Made in Israel ».

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi