L'Egypte réclame une enquête israélienne sur des allégations de crimes de guerre en 1967 dans le Sinaï

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'Egypte réclame une enquête israélienne sur des allégations de crimes de guerre en 1967 dans le Sinaï

BRUXELLES,le 07/03/07 - Le chef de la diplomatie égyptienne a exhorté mardi l'Etat hébreu à ouvrir une enquête sur les allégations selon lesquelles des soldats israéliens auraient tué des prisonniers égyptiens désarmés pendant la guerre des Six Jours en 1967.

"Le peuple égyptien et la société égyptienne sont extrêmement en colère", a noté Ahmed Aboul Gheit, qui a rencontré son homologue Tzipi Livni à Bruxelles sur le sujet en marge d'une réunion de l'Union européenne.

L'Egypte s'est emballée suite à un récent documentaire diffusé par la télévision israélienne, qui selon les médias égyptiens montre l'exécution de 250 prisonniers de guerre dans le Sinaï juste après la cessation des hostilités, au lieu de les transférer dans un camp de prisonniers.

Mais le producteur du film, Ran Ederlist, affirme qu'il ne s'agissait pas du tout de prisonniers égyptiens désarmés, mais d'un bataillon palestinien dont les membres furent tués au combat alors que la guerre battait toujours son plein.

"Pendant cette bataille, on peut dire qu'il y a eu recours excessif à la force, mais c'était dans le contexte de la guerre", a-t-il déclaré, jugeant que "l'opposition égyptienne" avait déformé les faits présentés dans son documentaire pour "tenter de torpiller le processus de paix".

L'affaire embarrasse les deux capitales et a en tous cas provoqué le report, d'un commun accord, d'une visite prévue en Egypte du ministre travailliste des Infrastructures Binyamin Ben-Eliezer: l'unité concernée par ce documentaire était placée sous sa direction.

"Nous avons demandé aux Israéliens d'enquêter", a expliqué le ministre égyptien après avoir rencontré sa collègue à Bruxelles.

Si Mme Livni n'a pas commenté, en Israël un communiqué du ministère des affaires étrangères disait "regretter que des éléments en Egypte fassent un usage erroné et induisant en erreur de ce film, sans vérification adaptée et sans relation aucune avec la réalité, avec pour objectif de saboter les relations entre les deux pays". M. Ben-Eliezer devait notamment rencontrer au Caire le tout-puissant chef des renseignements égyptiens Omar Suleiman, un des hommes-clés de la région.

"Mme Livni a demandé à son homologue de faire en sorte de calmer l'atmosphère en Egypte à ce sujet", poursuit le communiqué.

Ce n'est pas la première fois que ce thème des exécutions de prisonniers par l'Etat hébreu est évoqué. Il y a plus d'une décennie, un général israélien à la retraite avait reconnu avoir tué 49 prisonniers égyptiens dans le Sinaï, d'autres vétérans, dont un journaliste, racontant avoir assisté à l'exécution de prisonniers de guerre en 1956 et 1967.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi