Israël transfère des fugitifs du Fatah en Cisjordanie

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Le 05/08/08 - Israël a transféré lundi en Cisjordanie près de 90 membres du parti palestinien Fatah réfugiés sur son territoire après des heurts meurtriers à Gaza, où selon l'Etat hébreu leur vie est en danger.

Selon un correspondant deux bus blindés sont arrivés en fin de journée à Jéricho, où les fugitifs ont été remis aux autorités palestiniennes.

"L'armée israélienne et l'échelon politique ont pris la décision humanitaire de transférer à Jéricho 87 habitants du quartier Choujaïya à Gaza en raison des violences exercées par le Hamas, en coopération avec l'Autorité palestinienne", a affirmé le colonel Yoav Mordechaï, responsable pour l'armée israélienne des affaires civiles en Cisjordanie.

"Nous avons parlé avec eux dans le bus et nous leur avons dit que Jéricho et la Cisjordanie sont différents de la bande de Gaza et que l'armée israélienne contrôle ces régions. Ils doivent respecter la loi", a-t-il ajouté.

Le colonel Yoav Mordechaï a précisé que ce "sont en majorité des jeunes, âgés de 14 à 20 ans, qui resteront à Jéricho pour une durée indéfinie, et que leurs familles ne pourront pas rejoindre".

Interrogé  un des réfugiés, Arafat Hillès, 30 ans, a affirmé: "Ce qui est arrivé à Gaza est incroyable. (...) C'est une vraie guerre qui s'est déroulée là-bas".

Ossama Ahmed Hillès, 29 ans, a lui raconté: "trois membres de ma famille ont été abattus devant moi par le Hamas".

Environ 200 membres du Fatah, dont des responsables politiques, ont fui samedi Gaza après des combats entre les forces du Hamas et le clan de la famille Hillès, lié au groupe rival Fatah du président Mahmoud Abbas.

Le Hamas a accusé ce clan d'être responsable d'un attentat à la bombe, le 25 juillet à Gaza, qui a tué cinq membres de sa branche armée et une fillette.

"Nous ne souhaitons la fuite de personne et nous avons dit que quiconque n'était pas impliqué (dans les violences à Gaza) serait libéré", a indiqué le porte-parole du gouvernement du Hamas, Taher al-Nounou.

Le porte-parole a par ailleurs indiqué que le chef du Fatah dans la bande de Gaza, Zakaria al-Agha, avait été libéré après quatre jours de détention "en signe de bonne volonté et en réponse aux efforts arabes et palestiniens".

"Dimanche, après une requête du président Abbas et du Premier ministre Salam Fayyad qui ont assumé la responsabilité de leur sécurité, l'armée (israélienne) a commencé à faire rentrer les fugitifs du Fatah dans Gaza", a indiqué un communiqué du ministère de la Défense et de l'armée.

Les autorités israéliennes ont indiqué avoir interrompu le processus après avoir été informées que les fugitifs étaient arrêtés par le Hamas et que leur vie était en danger.

Dimanche, 35 fugitifs avaient regagné Gaza mais dix d'entre eux avaient été arrêtés par le Hamas, selon ce dernier. Ils seraient 60 --des membres du Fatah--a être retournés à Gaza, selon un responsable des services de sécurité israélien s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Ce dernier a précisé que 16 fugitifs, hospitalisés, resteraient en Israël jusqu'à leur rétablissement, et que 13 autres étaient détenus pour interrogatoire par les services de sécurité israéliens.

Selon des sources hospitalières palestiniennes, les heurts de samedi ont fait neuf morts et 90 blessés, selon des groupes de défense des droits de l'Homme palestiniens, le bilan s'élève à 11 morts et plus de 100 blessés.

Par ailleurs, l'université Bir Zeit, près de Ramallah, a été fermée lundi à la suite de heurts entre étudiants pro-Fatah et pro-Hamas.

Le Fatah à Gaza a accusé dans un communiqué le Hamas de poursuivre "les arrestations politiques" en dépit des ordres données par M. Abbas de libérer tous les membres du Hamas interpellés depuis une semaine en Cisjordanie.

Selon le porte-parole de la police du Hamas, Islam Chahwane, 200 personnes ont été arrêtées par le Hamas après les combats, 100 ont depuis été relâchées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi