Israël tient à ses réserves naturelles

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

                                   Israël tient à ses réserves naturelles

Le 04/09/07, Selon un rapport de l'Union mondiale pour la nature, Israël est à la tête des pays méditerranéens en ce qui concerne la proportion d’aires protégées sur son territoire. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est la principale ONG mondiale consacrée à la cause de la conservation de la Nature.

D’après les chiffres de l’UICN, les aires protégées en Israël représentent 16% de la totalité du territoire israélien, contre seulement 11,7% en France, 7,7% en Espagne et 0,5% au Liban.

L'UICN définit les aires protégées comme étant des zones terrestres ou marines spécifiquement dédiées à la protection et à la conservation de la diversité biologique, ainsi qu'aux ressources naturelles et culturelles associées. Ces zones et ressources remarquables doivent être gérées par des moyens efficaces, de nature juridique ou autre (contractuelle, pédagogique, financière, etc.)

Les données de l’UICN confirment qu’Israël a consacré de larges aires à la protection de la nature. Le rapport passe cependant sous silence le fait qu’une importante partie des espaces ouverts d’Israël est utilisée par l’armée, essentiellement dans le Néguev. Les activités de Tsahal n’étant pas faites pour aller avec la protection de l’environnement, Tsahal et l’autorité israélienne des parcs et réserves naturelles ont passé un accord pour limiter les dégâts provoqués par les activités de l’armée.

Le rapport de l’UICN dépeint une image plutôt négative de la protection de la nature dans la région méditerranéenne. Il met l’accent sur un grave déclin d’espèces animales, qui sont spécifiques à cette région du monde.

Malgré l’augmentation du nombre d’aires protégées dans la région méditerranéenne ces dernières années, la perte de la faune et de la flore n’a pas été freinée. Deux tiers des mammifères marins, un quart des espèces amphibies, près de la moitié des espèces de requins, plus de la moitié des espèces de poissons d’eau douce et plus de 10% des reptiles sont en danger de disparition.

D’après l’UICN, le bassin méditerranéen est l’un des habitats écologiques les plus caractéristiques du monde, car sa flore compte plus de 25.000 espèces, dont environ la moitié sont uniques. La majorité de ces espèces est utilisée dans la production d’aliments, de médicaments, d’épices et autres produits. A peu près la moitié des reptiles et deux tiers des amphibies sont également uniques.

Deux facteurs ternissent cependant les réussites environnementales d’Israël : il s’agit de l’un des sept pays souffrant d’un sévère manque d’eau et il a un niveau élevé d’émission de gaz à effet de serre par habitant.

Selon l’UICN, une estimation insuffisamment précise de la rentabilité des systèmes écologiques locaux, ainsi qu’une exploitation irrégulière des ressources naturelles sont parmi les principales raisons de la mauvaise conservation de la nature dans la région méditerranéenne.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi