Israël s'élève contre la possible adhésion de la Palestine à l'Unesco

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Article paru dans "Le Point"

Le conseil exécutif de l'agence a recommandé l'attribution à la Palestine d'un statut de membre à part entière.

Israël a violemment critiqué la demande d'adhésion de la Palestine à l'Unesco, après que le conseil exécutif de cette agence de l'ONU a recommandé d'attribuer à la Palestine un statut de membre à part entière. "Les actions des Palestiniens à l'Unesco nient à la fois les négociations bilatérales et la proposition du Quartette de poursuivre le processus diplomatique", a estimé le ministère israélien des Affaires étrangères, faisant allusion à la déclaration des membres du Quartette (Russie, UE, ONU et États-Unis) appelant à reprendre les négociations israélo-palestiniennes.

Les Palestiniens ont demandé une adhésion pleine et entière à l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, les sciences et la culture), où ils siègent actuellement en tant qu'observateur. "Leurs actions sont une réponse négative aux efforts d'Israël et de la communauté internationale pour promouvoir un processus de paix", a ajouté le ministère israélien dans un communiqué. "L'Unesco, qui a gardé le silence face aux changements significatifs au Moyen-Orient, a trouvé le temps pendant sa réunion actuelle d'adopter six décisions à propos du conflit israélo-palestinien", a-t-il encore dénoncé.

Le conseil exécutif de l'Unesco a approuvé mercredi à la majorité simple, par 40 voix sur 58, une recommandation d'attribuer à la Palestine un statut de membre à part entière. La recommandation, initiée par le groupe des pays arabes, va être soumise à la fin du mois à la Conférence générale de l'Unesco. L'approbation de cette recommandation a une très forte portée symbolique à l'heure où les Palestiniens ont déposé une demande d'adhésion à l'ONU comme État membre à part entière via le Conseil de sécurité. Le conseil exécutif de l'Unesco est le pendant du Conseil de sécurité, tandis que sa Conférence générale, qui se réunira du 25 octobre au 10 novembre à Paris, équivaut à l'Assemblée générale des Nations unies. Les États-Unis ont appelé tous les membres de l'Unesco à "voter non" à la recommandation du conseil exécutif, mais dans cette instance, aucun pays n'a de droit de veto.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi