Israël promet des représailles après le tir de roquette meurtrier sur Sderot

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël promet des représailles après le tir de roquette meurtrier sur Sderot

JERUSALEM  - Israël a promis mercredi des représailles sévères après le premier tir de roquette meurtrier sur la ville de Sderot depuis le retrait israélien de la bande de Gaza l'an dernier. Cette attaque a éclipsé les intenses efforts diplomatiques en cours au Caire pour tenter de relancer le processus de paix.

Les activistes palestiniens ont visiblement voulu marquer les esprits en faisant exploser cette roquette à seulement 150m de la résidence du ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, à Sderot, ville située à moins de deux kilomètres de la frontière avec la bande de Gaza et cible privilégiée des tirs de roquettes artisanales palestiniennes.

Une femme a été tuée par l'explosion, un membre des services de sécurité de Peretz a été grièvement blessé et plusieurs autres passants ont été légèrement blessés par des éclats. Après la tombée de la nuit, mercredi soir, une autre roquette a été tirée sur cette même ville, blessant grièvement un adolescent israélien, selon les services de secours.

Au total, ce sont huit roquettes tirées depuis Gaza qui se sont abattues au cours de la journée sur le territoire israélien, dont quatre sur la cité côtière d'Ashkelon, sans faire d'autres victimes, selon l'armée.

Des activistes liés au Hamas et au Jihad islamique ont revendiqué la responsabilité du tir contre Sderot, le premier à tuer depuis le retrait d'Israël de Gaza en septembre 2005. Les revendications affirment que cette attaque visait à venger la mort la semaine dernière de 19 civils palestiniens dans un bombardement israélien à Beit Hanoun, dans le nord de la Bande de Gaza. Israël affirme que ce tir était dû à une "erreur technique".

Dans la soirée, le Premier ministre israélien Ehoud Olmert, en visite aux Etats-Unis, s'est entretenu par téléphone avec son ministre de la Défense et les principaux généraux. "Les opérations à Gaza se poursuivront sans relâche", a-t-il déclaré aux journalistes.

Dans la foulée de ces entretiens, une réunion d'urgence autour d'Amir Peretz s'est tenue en présence des principaux responsables des services de sécurité israéliens. "Nous agirons contre tous ceux qui sont impliqués dans les tirs de (roquettes) Qassam. Les organisations terroristes paieront au prix fort", a prévenu le ministre.

Peu avant minuit, l'aviation israélienne a mené un raid dans le nord de la bande de Gaza et a tiré des missiles sur les maisons de deux militants actifs dans un camp de réfugiés, mais sans faire de blessés, selon des habitants et l'armée. Les activistes visés, dont l'un est membre des Comités de résistance populaire, avaient été prévenus du raid et l'opération israélienne n'a fait aucune victime.

Dans ce contexte de regain de tension, l'intense ballet diplomatique en cours au Caire n'a pas produit les effets mobilisateurs escomptés. Pourtant, les membres du Quartette pour la paix au Proche-Orient (Union européenne, Etats-Unis, ONU, Russie) se retrouvaient pour la première fois depuis l'arrivée au pouvoir du Hamas palestinien, en mars.

De son côté, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontrait le raïs égyptien Hosni Moubarak au sujet de la formation du futur gouvernement palestinien d'union nationale. Moubarak a dit à Abbas que les Palestiniens devraient "parler d'une seule voix" et exprimer des "positions qui font avancer le processus de paix et cesser les souffrances palestiniennes". Le Quartette a été encore plus clair, en réclamant que le nouveau gouvernement palestinien soutienne les négociations et reconnaisse Israël.

Le Palestinien de son côté a garanti, sans fournir pourtant de précisions, que le futur gouvernement aurait un nouveau "programme politique" acceptable par la communauté internationale.

Ce regain d'activité diplomatique intervient après l'annonce de progrès sur la formation d'un gouvernement Hamas-Fatah. L'émissaire européen pour le Proche-Orient s'est dit "encouragé" par ces progrès, tout en disant vouloir attendre "la formation définitive du gouvernement et son programme".

Le secrétaire d'Etat adjoint américain David Welch a également rencontré le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa avant la réunion du Quartette.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi