Israël-Palestine : changer de point de vue

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                                      Israël-Palestine : changer de point de vue

Article paru 13/11/07

Une entreprise danoise vient d'éditer un jeu vidéo qui permet différentes approches du conflit israélo-palestinien. Une démarche pédagogique sous une apparence ludique, explique le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung.
    
"Le jeune Palestinien a l'air épuisé quand il déclare : ‘Ils font ça partout dans la région. Les colons nous prennent tout simplement la terre et ils affirment qu'elle est à eux. Ils détruisent les récoltes et cherchent à nous chasser.'" Ainsi commence le reportage de Diwan Massoud. Ce journaliste américain d'origine palestinienne est correspondant au Moyen-Orient pour le quotidien européen Global News. Pour préparer son article, il s'est entretenu avec des militaires israéliens aussi bien qu'avec des miliciens du Hamas. Il a risqué sa vie, animé de la volonté de brosser un tableau authentique de la région.

Le joueur doit faire preuve de la même motivation quand il se rend avec Diwan Massoud à Jérusalem et à Abou Dis [une ville proche de Jérusalem, coupée en deux par le mur de séparation érigé par Israël], même s'il n'est pas obligé de s'exposer à un véritable danger puisqu'il peut agir confortablement installé dans son fauteuil. Global conflicts : Palestine a été produit sous la direction du psychologue Simon Egenfeldt-Nielson, de la société danoise Studio Serious Game Interactive. Serious Games [littéralement : jeux sérieux] est par ailleurs le nom que l'on donne à un genre de divertissement en plein développement, qui ne se contente pas de distraire mais souhaite également attirer l'attention sur de véritables questions politiques et sociales.

Associant ludisme et sérieux, ce genre de programme à visée pédagogique peut en outre être utilisé dans les établissements scolaires. Pour l'heure, cela concerne essentiellement des "mini-jeux", qui mettent à l'épreuve de façon simple l'adresse du joueur puis s'efforcent de traiter un sujet "sérieux" lors de séquences vidéo. C'est par exemple le cas de Food Force, lancé par le Programme alimentaire des Nations unies. Global conflicts : Palestine, quant à lui, mêle habilement information et interaction. Il ne s'agit pas uniquement d'un jeu au contenu "sérieux", mais d'un jeu sur ordinateur qu'il faut prendre au sérieux.

Le joueur a le choix : il peut effectuer le reportage soit avec Diwan Massoud, soit avec Hannah Weismann, journaliste juive américaine. Avant de démarrer chacune des sept missions, il faut décider si l'on veut écrire un article pour le Global News, quotidien qui recherche la neutralité, ou si l'on préfère présenter une vision subjective de la situation dans le Palestine Today ou l'Israeli News. Selon le journal pour lequel on a travaillé lors de la mission précédente, les relations deviennent plus difficiles avec certains partenaires des interviews, ce qui a ensuite une influence sur le déroulement du jeu. Dès qu'un joueur estime avoir suffisamment approfondi le sujet ou que ses informateurs refusent de lui fournir davantage d'informations, il lui faut rédiger un article à partir des citations qu'il a rassemblées, article qui doit suivre la ligne politique du journal qui l'a commandé.

Global conflicts : Palestine est un jeu d'aventure qui repose (presque) exclusivement sur des dialogues au déroulement rapide. Il ne comporte ni impasses ni énigmes insolubles, mais donne la possibilité au joueur de se frayer son propre chemin dans ce conflit complexe. Produit à petit budget, le jeu propose un graphisme en 3D des plus rudimentaires, et les dialogues ne se présentent que sous la forme écrite. Par conséquent, il est difficile de s'identifier aux personnages. Mais si le même concept était appliqué à une production luxueuse et clinquante, on obtiendrait un jeu révolutionnaire. Quoi qu'il en soit, Global conflicts : Palestine n'en est pas moins novateur.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi