Israël appelle les Palestiniens à la reprise du dialogue

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                Israël appelle les Palestiniens à la reprise du dialogue

SDE BOKER  - Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a appelé lundi les Palestiniens à une reprise d'un dialogue de paix gelé depuis plusieurs années, sur la lancée de la trêve entrée en vigueur la veille.

Par ailleurs, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice pourrait rencontrer séparément jeudi M. Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas à l'occasion de son séjour en Jordanie, a indiqué un responsable du département d'Etat sans exclure un déplacement de Mme Rice à Jérusalem et en Cisjordanie.

"Je vous propose de nous engager dans une nouvelle voie. Nous avons commencé avant-hier (samedi)" avec l'accord de trêve, a lancé solennellement à l'adresse des Palestiniens M. Olmert à Sdé Boker (sud d'Israël) lors d'une cérémonie à la mémoire du premier chef de gouvernement d'Israël, David Ben Gourion. Une trêve fragile est entrée dans son deuxième jour dans la bande de Gaza. Les violences se poursuivaient cependant en Cisjordanie où deux Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne, après quoi des activistes ont tiré depuis la bande de Gaza deux roquettes sur le sud d'Israël sans faire de victime.

M. Olmert a promis que dans le cadre d'un accord de paix, Israël serait disposé à se "retirer de nombreux territoires et des implantations qui y ont été érigées" en vue de la constitution d'un "Etat palestinien indépendant et viable". Il n'a cependant pas précisé l'ampleur d'un tel retrait en Cisjordanie, ne s'est pas engagé à un gel de la colonisation et a conditionné la reprise du dialogue à un nouveau cabinet palestinien qui, contrairement à l'actuel dirigé par le Hamas islamiste, serait prêt à faire la paix avec Israël. M. Olmert s'est aussi déclaré prêt à libérer de nombreux prisonniers palestiniens et à débloquer des fonds palestiniens gelés en échange de la libération d'un soldat israélien capturé en juin.

Les déclarations de M. Olmert ont été sévèrement critiquées par des députés de l'opposition de droite qui l'ont accusé d'entretenir des "illusions" sur la faisabilité d'un arrêt des violences. Côté palestinien, le principal négociateur palestinien Saëb Erakat a affirmé que "les Palestiniens étaient entièrement prêts à engager des négociations sur le statut final des territoires occupés, portant sur le sort de Jérusalem, des colonies, des réfugiés et des frontières". "Si Israël veut reprendre les négociations, il connaît l'adresse: c'est le président élu du peuple palestinien Mahmoud Abbas", a-t-il souligné.

Le Premier ministre issu du Hamas Ismaïl Haniyeh, qui entame mardi sa première tournée régionale, incluant la Syrie et l'Iran, a appelé Israël à cesser ses opérations militaires en Cisjordanie, "car nous sommes un seul peuple vivant sur la même terre". Les deux Palestiniens morts en Cisjordanie sont un chef local des Comités de la résistance populaire tué dans un échange de tirs avec des soldats israéliens et une voisine quinquagénaire mortellement atteinte alors qu'elle lui venait en aide, selon des sources palestiniennes. Selon l'armée, la femme a été tuée alors qu'elle récupérait l'arme de l'activiste.

Quinze Palestiniens membres du Fatah, le mouvement de M. Abbas, du Hamas et du Jihad islamique, ont par ailleurs été arrêtés en Cisjordanie. Les tirs de roquettes ont été revendiqués par une cellule des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, groupe armé issu du Fatah, pour qui il s'agit d'une riposte aux opérations de Cisjordanie. La porte-parole de M. Olmert, Miri Eisin a dénoncé ces tirs, soulignant qu'ils se produisaient juste après l'appel au dialogue du Premier ministre: "Voilà la réponse dans les actes aux paroles de paix d'Israël". Le Haut représentant de l'Union européenne pour la politique extérieure Javier Solana, se voulant néanmoins optimiste, a appelé le quartette (Etats-Unis, UE, Russie, ONU) à mettre en place un mécanisme de surveillance du cessez-le-feu.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi