Israël: abusées sexuellement par le Rabbin Sheinberg, elles témoignent

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : abusées sexuellement par le Rabbin Sheinberg, elles témoignent

Les plaignantes, victimes du rabbin Ezra Sheinberg, le "Rabbin de Safed", s’expriment pour la première fois.

Sheinberg, un rabbin kabbaliste qui a dirigé une communauté et un réseau de yeshivot à Safed, a été condamné pour délits sexuels après avoir été accusé par huit femmes qui venaient le voir pour lui demander bénédictions et conseils. Trois d'entre elles dévoilent dans une interview le mécanisme d'exploitation sophistiqué dans lequel elles ont été entraînées.

Les victimes décrivent de quelle manière il a utilisé son autorité spirituelle pour les obliger à accomplir des actes sexuels lorsqu'elles conversaient avec lui par chat ou par vidéo, puis pour les amener à rencontrer seul. "Petit à petit, les rencontres sont devenues plus physiques. Chez lui, ou chez moi quand mon mari n’était pas là", a dit l'une d'entre elles, "mon problème médical a disparu et j'étais convaincu que c'était grâce aux "traitements" qu'il me faisait. Il rêvait à chaque fois que j'avais une nouvelle maladie, et je croyais que les maladies disparaissaient grâce à lui. Il m'a dit que si parlais de ces séances de 'relaxation', la bénédiction s’envolerait et quelque chose de terrible arriverait à mon mari ou à mes enfants.

Ezra Sheinberg

Ezra Sheinberg

"Les réparations (tikounim en hébreu) sont devenues de plus en plus humiliantes et difficiles". Je voulais qu’il finisse mon Tikoun", raconte une autre femme, "il m'a alors demandé si j'accepterais de recevoir son abondance spirituelle dans la bouche". Il m'a demandé de penser à lui quand j'étais avec mon mari, et quand je lui ai demandé comment c’était possible, sa réponse était: "J'aime donner l'abondance". Il avait l'habitude de dire que quand il guérit, il n'a aucun mauvais instinct. J’y ai cru".

La troisième plaignante a déclaré: «Quand il m'a demandé de me déshabiller et de mettre un bandeau sur mes yeux, j'ai commencé par refuser.  Il a dit qu’au même moment, il serait en pleine concentration et qu’il ne me regarderait pas. J’ai eu honte, quelle irresponsabilité de ma part de douter de lui. Personne ne savait que j’allais le voir.  Un jour, il m'a dit: "Faisons une relaxation inversée, vous me touchez dans ces points du corps correspondant aux dix Sefirot". Il a dit que s'il me donnait l'abondance, alors mon Tikoun serait achevé".

"Je me suis dit, qu’il fasse ce qui est nécessaire, et que cela mette enfin un point final à mes tourments. Physiquement et mentalement, j'avais l'impression d'être violée, mais je n’ai pas pu y mettre un terme. C’était comme incontrôlable. Quand j'ai demandé à cesser de le voir, le sentiment qu'il m'a donné était que j'avais fait quelque chose qui ne servirait à rien. Je me suis dit : quand tu vas chez un gynécologue, n’est ce pas qu’il t’examine et te touche à cet endroit là ? Et bien lui aussi est une sorte de docteur".

L'avocat de Sheinberg, Menachem Rubinstein, a refusé de commenter.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi