Gay Pride à Jérusalem: 9.000 policiers pour 5.000 manifestants

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
          Gay Pride à Jérusalem: 9.000 policiers pour 5.000 manifestants

JERUSALEM  - Environ 9.000 policiers encadreront vendredi la très contestée Gay Pride à Jérusalem, soit presque deux fois plus de forces de l'ordre que de manifestants, a annoncé le chef de la police mercredi, précisant qu'il s'agissait de la plus grande opération de sécurité civile intérieure de l'histoire israélienne.

Le chef de la police Ilan Franco a déclaré que 5.000 manifestants avaient reçu l'autorisation de manifester vendredi dans un quartier non-résidentiel à l'extérieur du centre-ville de Jérusalem, et d'organiser une fête ensuite dans un stade universitaire. De leur côté, 20.000 contre-manifestants religieux devraient se faire entendre à deux kilomètres de là, près de la gare routière centrale de la ville, ainsi que dans d'autres quartiers.

"Il y aura 8.500 à 9.000 policiers physiquement présents à Jérusalem", a déclaré M. Franco. "Ce chiffre est sans précédent par sa taille dans tout secteur de la police israélienne à ce jour". Par comparaison, 9.000 policiers avaient participé à l'évacuation des colonies juives de la Bande de Gaza il y a un an.

En outre, les forces de sécurité sont particulièrement mobilisées par peur de représailles après la bavure de l'armée israélienne, qui a tué 18 civils dans la Bande de Gaza mercredi matin.

Les dignitaires des religions juive, musulmane et chrétienne ont tous déclaré leur opposition à l'organisation de la Gay Pride à Jérusalem, ville sainte pour les trois confessions.

Des juifs ultra-orthodoxes ont déjà créé des incidents dans les rues de Jérusalem cette dernière semaine, lançant des pierres sur les forces de l'ordre ou les voitures, bloquant la circulation ou mettant feu à des pneus et des poubelles.

La police avait averti que les risques de sécurité liés à la manifestation devaient l'emporter sur les considérations de liberté d'expression, mais le procureur général a jugé que la Gay Pride ne pouvait être interdite.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi