Décès du grand-rabbin Paul Roitman, un homme exceptionnel

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
            Décès du grand-rabbin Paul Roitman, un homme exceptionnel

Le 21/08/07, Une grande personnalité du judaïsme français s'est éteinte ce dimanche à Jérusalem. Le grand-rabbin Paul Roitman, décédé à l'âge de 87 ans, a considérablement contribué au développement de la jeunesse juive en Europe ainsi qu'à l'accueil des Juifs d'Arique du Nord en France.

Paul Roitman est né en 1920 à Tarlow en Pologne puis a émigré en 1925 à Metz avec ses parents. En 1935, alors qu'il n'était qu'un adolescent de 15 ans, il fonda le mouvement de jeunesse Brit Hanoar. Face à l'occupation nazie, Paul Roitman se réfugie à Toulouse et s'engage dans la Résistance. Il sera fait prisonnier en 1942 puis libéré grâce à l'intervention extraordinaire de son jeune frère Léon, également un héros de la Résistance.

Après la libération de la France, Paul Roitman s'installe à Paris et épouse Léa Shleider avec laquelle il aura trois enfants. Il renonce ensuite à ses études de médecine pour consacrer sa vie à la reconstruction des communautés juives en Europe après la Shoah. Il entre alors à l'école rabbinique de la rue Vauquelin avec l'intention de s'occuper particulièrement de la jeunesse juive.

C'est au sein de l'Agence juive que le grand-rabbin Paul Roitman exercera son influence, à la tête de la section religieuse du département pour la jeunesse juive pionnière de l'Europe et d'Afrique du Nord. Paul Roitman contribue dans le cadre de ces fonctions au développement du Bné Akiva en France et sillonne également toute l'Europe pour renforcer les communautés juives et l'identité juive des jeunes en particulier. Il se rend aussi régulièrement en Afrique du Nord où il apprend à connaître de près chaque communauté juive.

Et c'est tout naturellement que le grand-rabbin Roitman se mobilise ensuite pour aider les Juifs d'Afrique du Nord, très déboussolés, contraints d'émigrer en France dès la fin des années 1950. Paul Roitman se met à la recherche des familles juives dispersées dans les banlieues et crée le mouvement Torah Vetsion qui parviendra à réinsérer dans la vie juive près de 100'000 frères déracinés. Il fonde ensuite au milieu des années soixante un autre mouvement de jeunesse, Tikvaténou (notre espoir), pour les jeunes juifs des banlieues.

Le grand-rabbin Paul Roitman décide en 1970 de mettre en pratique son sioniste: il fait son Alyah et s'installe avec sa famille à Jérusalem. Il fonde alors le mouvement Tsedek dans le même esprit que le mouvement Torah Vetsion qu'il avait créé en France. Tsedek s'occupe aujourd'hui de plus de 5'000 enfants défavorisés dans plusieurs dizaines de sections locales en Israël et a accueilli plus de 20'000 enfants dans ses centres de vacances ces dernières années.

"Le grand-rabbin Paul Roitman était très touché par la situation précaire des enfants de familles israéliennes défavorisées, c'est pourquoi il a créé Tsedek (Justice)", a confié à A7FR Olivier Granilic, un responsable de Tsedek. "Le Rav Roitman était toujours très attentif à chaque personne et il a longtemps dirigé activement le mouvement à partir de son bureau à la grande synagogue de Jérusalem", a-t-il ajouté.

Paul Roitman a été promu officier de la Légion d'honneur au titre de la Résistance, décoré de la Médaille de la ville de Paris, lauréat du Prix de Jérusalem de l'Agence Juive et citoyen d'honneur de la ville de Jérusalem. L'enterrement aura lieu ce dimanche (21.08.07) à 17 heures au cimetière Har Hamenouchot (Guivat Shaoul), à Jérusalem.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi