Ava,1er épisode de Jérémy Séroussi

Coup de coeur, Culture, Israël, Rendez-vous - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ava , 3 eme épisode

Au Commencement ...

Ava est une petite fille de 10 ans.
Chaque semaine, elle interroge son petit monde et le monde qui l'entoure avec ses yeux d'enfant. Malicieuse, sensible et rêveuse, elle est élevée à Paris par ses grands-parents.

Moi c'est Ava. J'ai dix ans depuis hier. Dix c'est un nombre, je viens de l'apprendre avec la maîtresse. Le zéro, le un, le deux, le trois, le quatre, le cinq, le six aussi, le sept, le huit et même le neuf, tout ça ce sont des chiffres.

AVA premier épisode de Jérémy Séroussi

AVAa 10 ans

A partir de dix ce sont des nombres. Il faut le savoir. C'est important. Par exemple, 26, 55, 120 ce sont des nombres. Je suis donc un nombre depuis hier. Il me reste deux ans avant de faire ma Bat Mitsva. J'ai tellement hâte ! Ça va être génial ! Même si deux c'est seulement un chiffre, je trouve que ça fait long deux ans à attendre.

J'ai déjà fait les cartes d'invitation pour mes sept meilleures copines, des cartes d'invitation pour tous mes cousins et mes cousines, et bien sûr j'ai fait une carte d'invitation pour Ezra. Pour celle d'Ezra j'ai fait un dessin. J'ai dessiné le soleil, la mer, trois petits poissons oranges et trois cœurs roses cachés dans le ventre des poissons. J'aime bien les poissons : ça avance tout le temps, sans faire de bruit. Ezra c'est mon amoureux.

Mais lui il ne le sait pas que c'est mon amoureux, je lui ai pas encore dit. Je lui dirai quand il arrêtera de jouer au foot à la récré avec les autres garçons de la classe. Mais là il exagère quand même ! Peut-être qu'il a un problème et qu'il est obligé de courir tout le temps ? Mais alors dans ce cas là il pourrait très bien courir après moi et pas après un ballon jaune !

C'est même pas une question de couleur, parce que moi aussi j'adore le jaune. En plus ce ballon, ils sont plusieurs à vouloir l'attraper, tandis que moi je suis toute seule et que je roule même pas. Je pourrais essayer de rouler mais qui me dit que ce ne sera pas l'autre imbécile de Benjamin qui arrivera le premier sur moi ? Hier mamie m'a dit qu'un jour à force de rouler le ballon finirait par se dégonfler, et que c'est ce jour-là qu'Ezra me regardera.

J'ai pas voulu lui faire de la peine à mamie, surtout qu'en ce moment elle est angoissée, mais moi j'ai peur que ce jour-là ce soit moi qui me dégonfle... Mamie est angoissée depuis deux mois parce qu'Alain Finkielkraut a dit à la radio qu'il était angoissé pour la France. Elle parle tout le temps d'Alain Finkielkraut et ça énerve beaucoup papi. Lui il dit que mamie aime ce monsieur juste parce qu'il est Ashkénaze comme elle et que s'il n'avait été qu'un petit Tune comme lui, elle ne l'aurait même pas regardé.

La semaine dernière il a même claqué la porte de la salle à manger en hurlant «nul n'est prophète en son pays». J'ai sursauté mais mamie s'est alors mise à rire en me faisant un clin d’œil, puis a commencé à fredonner «les filles de mon pays». Sont bizarres parfois les adultes... Bon j'avoue que moi aussi je l'aime beaucoup ce monsieur. Je vais vous expliquer pourquoi. Quand j'avais sept ans, mamie m'avait fait faire un exercice pour m'autoriser à aller dormir chez ma copine Clara. Il fallait alors que j'épelle toutes les lettres du nom de ce philosophe ! Elle m'avait accordé un seul joker.

Plus d'une seule erreur et je pouvais dire adieu à ma soirée pyjama. Une fois la consigne donnée, je me souviens que mamie avait alors baissé la tête et m'avait regardé avec ses petits yeux ronds tout bleus. Ses lunettes avaient glissé jusqu'à l'arrondi de son nez. Elle m'avait regardée si fort dans les yeux que j'avais dû utiliser mon joker dès la première lettre ... Mes mains étaient alors devenues toutes moites et ma respiration s'était accélérée.

En fait, comme il s'agissait d'un monsieur intelligent, j'avais pensé que le son F du début de son nom se faisait avec les lettres P et H comme dans le mot dauphin. Je me souviens que mamie avait eu un petit rire à cette explication mais moi cette première erreur ne m'avait pas du tout fait rire et j'étais devenue toute rouge.

Mais heureusement pour moi, la suite de ce nom avait été parfaitement épelée et au final j'avais pu dormir chez ma copine. En arrivant chez Clara, j'avais d'ailleurs raconté l'exercice à sa maman et celle-ci avait trouvé l'idée fabuleuse quoique un peu difficile, un simple Levinas aurait fait l'affaire. Je me demande souvent avant de dormir où peuvent bien se trouver papamaman. Au paradis m'avait répondu mamie, au Gan Eden m'avait répondu la maîtresse de CP.

J'avais répondu d'accord à chacune d'entre elle. Sans poser d'autres questions. Si c'est vraiment vrai, j'espère seulement qu'il y a assez de place là-bas pour que papamaman ne soient pas séparés. Après tout, ils sont partis ensemble. J'espère qu'ils peuvent s'asseoir l'un à côté de l'autre parce qu'ils aimaient s'asseoir l'un à côté de l'autre sur le grand canapé gris du salon.

Je pense que c'est important d'être assis avec une personne qu'on connaît quand on reste longtemps à la même place et que ça commence à faire mal aux fesses. En tous les cas, mon tonton m'a assurée qu'au paradis tous les piétons sautent au dessus des voitures comme Mario Bross saute au dessus du danger. Il est drôle tonton Dan et je l'aime beaucoup, il me raconte un tas d'histoires. C'est le frère de maman et le fils de papi et de mamie.

Il vient parfois dîner le vendredi soir à la maison avec nous. Shabbat dernier, papi a crié sur lui en disant qu'il n'était qu'un petit gauchiste comme on en trouve dans chaque café de Paris. Mamie s'est alors mêlée à la discussion et a demandé à papi d'une voix calme où se trouvait son cœur.

Et moi pendant ce temps-là, j'ai discrètement conseillé à tonton Dan de s’asseoir à la droite de papi la prochaine fois qu'il viendrait dîner avec nous.

Mamie me dit souvent que je me peigne comme maman se peignait, avec les sourcils qui froncent et la bouche entre-ouverte. Papi me dit que j'ai le même sourire que papa. Il me dit aussi que c'est important que je garde tout le temps le sourire, parce que quand je souris c'est comme si c'est papa qui souriait avec moi.

Parfois je souris tellement que les gens en face de moi finissent par sourire aussi. Peut-être qu'ils se souviennent qu'ils avaient eux aussi un papa. Depuis hier, j'ai bien compris que papamaman aussi c'était des nombres. Mais, quand même, moi je trouve que c'était des petits nombres. Et ils me manquent beaucoup. Et je les retrouverai. Et je serai bien coiffée, j'aurai une jupe jaune et je sourirai.
Jérémy Séroussi

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi