Anne Frank au cœur de la polémique

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

                                   Anne Frank au cœur de la polémique

Le 22/08/07, Une violente polémique a opposé en ce début de semaine le député travailliste Ophir Pinès et le Premier ministre Ehoud Olmert, sur fond de polémique autour des faibles aides accordées aux victimes de la Shoah.

Tout a commencé lorsque le député Pinès, évoquant la politique restrictive de distribution des aides aux rescapés de la Shoah, a déclaré que si Anne Frank avait survécu dans sa cachette sans être déportée et si elle avait fait son alyah, elle ne toucherait pas aujourd’hui d’aide de l’Etat. Pinès a effectué cette déclaration ce lundi ( 18 août 2007), à l’occasion d’un débat parlementaire sur les aides financières attribuées aux rescapés.

Le commentaire d’Ophir Pinès faisait référence au refus du Premier ministre d’attribuer une aide financière aux personnes ayant réussi à atteindre une zone non contrôlée par les nazis et n’ont pas été déportés dans les camps de concentration. Le Premier ministre en effet, n’a consenti à octroyer une aide mensuelle de 1200 shekels qu’aux seuls rescapés du ‘premier cercle’, ceux ayant été déportés. Le sort des rescapés du ‘second cercle’ reste en suspens, et c’est ce qui a provoqué les protestations du député Pinès.

Sans tarder, la réponse d’Olmert s’est fait jour au travers d’un communiqué établi par le cabinet du Premier ministre. Il y est stipulé que les déclarations du député Pinès sont sans fondement et montrent qu’il n’est familier, ni des accords de réparation consentis aux survivants, ni de la biographie d’Anne Frank. Le communiqué dénonce avec virulence les propos du député Pinès : «Cette déclaration révoltante abondamment citée est ridicule», y est-il indiqué entre autres. «Le député Pinès a manqué de respect à la mémoire d’Anne Frank pour servir ses propres intérêts politiques», est-il par ailleurs stipulé dans la réponse des services du Premier ministre. «Il semblerait que le désir de M. Pinès d’attaquer le gouvernement lui ait fait franchir des lignes rouges sans précédent dans l’histoire politique d’Israël», peut-on encore lire.

Colette Avital, une autre député travailliste ayant fortement été mobilisée en faveur de la cause des rescapés de la Shoah, est venu soutenir Pinès, confirmant que si Anne Frank aurait bien perçu des réparations financières de la part des Pays-Bas, elle n’aurait rien reçu d’Israël si elle avait échappé aux camps de concentration.

Ophir Pinès lui-même n’est pas demeuré en reste, réservant une cinglante réponse au Premier ministre. S’expliquant sur l’exemple d’Anne Frank, le député a précisé que, ainsi que tous les parlementaires et la presse l’avaient compris, il entendait personnaliser le sort de ces milliers de Juifs s’étant cachés par tous les moyens au cours de la Shoah et qui s’en étant sorti indemnes, n’ont pas aujourd’hui de reconnaissance spécifique ni d’aide financière de la part de l’Etat d’Israël. «Là était l’esprit de mes propos,» a affirmé Pinès, «et tout le monde les a ainsi compris.»

Le député s’est offusqué de la réplique du Premier ministre : «Olmert a prouvé qu’il n’était qu’un politicien de bas étage, qui ne mérite pas de servir en tant que Premier ministre.»
Rappelons que le député Ophir Pinès étant membre du parti travailliste, il fait parti de la coalition gouvernementale…

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi