Israël: vers l'égalité des droits des étudiants de yeshiva et des employés

Actualités, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: un projet de loi reconnait les étudiants de yeshiva comme des maris actifs

Le gouvernement appuie le projet de loi garantissant aux épouses des étudiants en yeshiva des jours de congés de maladie pour leurs enfants.

Le Comité ministériel de la Knesset pour la législation a approuvé hier (dimanche) un projet de loi lancé par les députés Uri Maklev et Moshe Gafni (Judaïsme unifié de la Torah) visant à reconnaître les hommes mariés étudiants en yeshiva et les étudiants en école supérieure  (université ou collège) comme conjoints actifs en ce qui concerne les jours de maladie.

Le projet de loi a été adopté malgré l'opposition des organisations de propriétaires d'entreprises, qui ont protesté contre le coût financier élevé qu'un tel mouvement aurait sur les propriétaires d’entreprises.

À l'heure actuelle, chaque employé a droit à huit jours de maladie par an, à condition que son conjoint travaille ce jour-là et qu'il ait signé un document spécial.

Le député Uri Maklev

Le député Uri Maklev

Les étudiants de Yeshiva et les étudiants en école supérieure ne travaillent pas et, par conséquent, leurs conjoints ne bénéficient pas de jours de maladie pour les enfants.

"Nous voulions corriger une injustice", a déclaré Maklev. "Une personne étudiant dans une institution de la Torah ou pour obtenir son diplôme n'est pas autorisée à être absente. Il est impossible de concevoir que son épouse ne bénéficie pas de jours de maladie pour leurs enfants".

"Il y a ici une discrimination inhérente au statu quo. Une personne qui étudie dans une institution de la Torah n'est pas au chômage. Dire qu'elle est au chômage est discriminatoire contre le public étudiant la Torah. Chaque personne qui travaille devrait recevoir le nombre total de jours de maladie auquel elle a droit et il n'y a aucune raison pour que quelqu'un qui étudie doive interrompre ses études pour prendre soin d'un enfant malade".

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi