Israël: une thérapie automatisée pour soigner l'anxiété post-traumatique

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: une thérapie automatisée pour soigner l'anxiété post-traumatique

Israël est malheureusement leader dans le traitement des événements traumatiques. C'est la raison pour laquelle un psychologue et trois anciens combattants d'élites de l'IDF ont trouvé un moyen de traiter l'anxiété provoquée par les traumatismes par une application automatisée. «Nous sommes saturés d'événements difficiles», explique le PDG de l'entreprise, qui veut exploiter ses connaissances d'Israël pour le bien.

L'anxiété et le post-trauma sont des problèmes qui affligent un grand nombre de personnes dans la société israélienne, y compris un petit nombre d'enfants et d'adolescents, et beaucoup ne parviennent pas à se débarrasser des symptômes même longtemps après.

Une étude de 2012 a révélé qu'à Sderot, la moitié des élèves du secondaire souffraient de traumatismes causés par des roquettes Qassam. Une autre étude en 2014 a examiné les victimes d'anxiété qui ont été emmenées au Centre médical Soroka pour un traitement pendant l'opération "Amoud Anan" et a révélé que la moitié d'entre elles ont continué à souffrir de symptômes d'anxiété (comme des difficultés de concentration, des pertes de sommeil et des sautes d'humeur) huit mois après le traitement.

De plus, lors d'une audience de la Knesset il y a un an, Bela Ben Gershon, chargée de la préparation aux situations d'urgence pour la santé mentale auprès du ministère de la Santé, a déclaré que le ministère n'était pas prêt à fournir des soins de santé mentale aux victimes d'angoisse en cas de guerre générale.

ReachMore, fondé il y a six mois, essaie de résoudre les problèmes des victimes de traumatisme avec son nouveau produit, une application qui offre un soutien mental aux personnes souffrant d'angoisse induite par un traumatisme. Au lieu d'un psychologue, le traitement sera offert par un système de simulation de thérapeute entièrement automatisée, «sans contact humain» qui pourra atteindre un large public en temps réel. L'objectif est d'offrir une assistance pour faire face à l'événement traumatique immédiatement après l'exposition et pendant le premier mois qui suit, pour réduire les chances que les victimes entrent dans un syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

De gauche à droite: Vardi, Zimmerman, Hacohen

De gauche à droite: Vardi, Zimmerman, Hacohen

L'application est basée sur une étude réalisée par le psychologue Dr. Jacob Zimmerman, l'un des quatre partenaires fondateurs de l'entreprise. Zimmerman a examiné l'efficacité de la thérapie automatisée en ligne. Son étude a montré que ce traitement était capable d'obtenir des résultats semblables et même meilleurs que ceux d’un traitement psychiatrique traditionnel face à face.

L'avantage unique des programmes automatisés de thérapie en ligne est que le patient suit le plan de traitement à la maison selon son propre rythme. L'un des principaux inconvénients de ces protocoles automatisés est que sans thérapeute, personne ne remarque le langage corporel du patient ni ses réponses au traitement.

L'application traite principalement l'anxiété à travers des techniques permettant d'entraîner des changements cognitifs. L'application enseigne des techniques de sédation, telles que des exercices de respiration ou de relaxation musculaire, et offre un programme thérapeutique selon les réponses  sélectionnées par l'utilisateur.

Il existe actuellement plusieurs outils disponibles sur le marché local pour l'auto-assistance grâce à une application, sans implication directe d'un thérapeute, offrant des traitements pour des maladies telles que les phobies et les angoisses sociales, mais pas pour les personnes qui ont vécu un événement traumatisant. Le gouvernement des États-Unis gère un programme similaire pour soutenir les anciens combattants, mais il est destiné à traiter les personnes atteintes d'un SSPT complet.

"Après l'attaque de Sarona, 80 personnes ont appelé la ligne directe. Ce n'est rien par rapport au nombre de personnes qui ont souffert et souffrent encore de cet événement parce qu'elles n'ont pas reçu le bon traitement. Avec l'aide de notre outil", promet Vardi, "nous estimons pouvoir atteindre 1000 fois plus de victimes".

Source : Ynet

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi