Israël: une descendance assurée malgré le décès de leur fils

Actualités, Insolites, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: une descendance assurée malgré le décès de leur fils

Le tribunal des affaires familiales de Be'er Sheva a autorisé hier des parents endeuillés à utiliser les spermatozoïdes de leur fils M., décédé d'une leucémie, pour avoir une descendance.

M. est mort à l'âge de 22 ans alors qu'il servait dans l'armée, et son sperme a été prélevé et entreposé à l'hôpital Soroka à Be'er Sheva avant le début de sa chimiothérapie.

En octobre 2015, ses parents ont demandé à la cour, contre l’avis de l'État et de l'hôpital, de faire usage du sperme de leur fils dans le but de fertiliser une femme. L'État s'était opposé à la demande. Les parents ont soutenu que leur demande était conforme au souhait de leur fils avant son décès, et que selon leur compréhension du problème, ce dernier avait exprimé le désir explicite d'avoir des enfants même après sa mort.

M était soldat. Il est mort à 22 ans d'une leucémie

M était soldat. Il est mort à 22 ans d'une leucémie

L'État a clairement indiqué que, malgré la douleur des parents, il était impensable d'accepter leur demande car il était impossible de prouver que la volonté exprimée, ou même la volonté présumée de leur fils était la venue au monde d’enfants après sa mort.

Le juge Alon Gavison a finalement confirmé que le sperme de M serait effectivement utilisé pour fertiliser une femme.

À cette fin, les parents sont maintenant tenus de trouver une femme qui serait prête à concevoir avec les spermatozoïdes de M. et à devenir la mère de l'enfant à naître. La décision dépend de l'approbation du tribunal sur la base d'un rapport d’une assistante sociale qui examinera la mère choisie, ses intentions, ses motifs et ses relations avec les demandeurs.

Une condition supplémentaire exige qu'un accord soit signé entre les parents et la mère pour définir les limites de leur statut de grands-parents et éviter les conflits futurs en prévenant l’exercice de pressions. Jusqu'alors, le sperme du défunt sera conservé à l'hôpital.

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi