Israël : une application pour lister les nourrices reconnues coupables de nuire aux tout-petits

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : une application pour lister les nourrices reconnues coupables de nuire aux tout-petits

Les activistes qui luttent pour renforcer la surveillance des tout-petits lanceront bientôt une application qui inclura les noms des nourrices et des puéricultrices de jardin d'enfants qui ont été reconnues coupables de maltraitance.

L'application est conçue pour répondre au besoin des parents de connaître le passé de la nourrice, ce qui est très difficile aujourd'hui. La nouvelle interface permettra à quiconque souhaitant examiner les compétences acquises par le passé par la personne qui s'occupe de leur enfant, nourrice, auxiliaire ou puéricultrice de vérifier si elle s’est rendue coupable d’infractions pénales.

Jusqu'à présent, les activistes ont rassemblé des dizaines de noms de puéricultrices de jardins d'enfants condamnées pour avoir fait du mal aux tout-petits, dont certaines ont même repris travail malgré leur passé troublant. L'application vous permettra également de savoir où elles ont travaillé, elle contiendra des photos mises à jour, ainsi que des détails sur les verdicts selon lesquels elles ont été condamnées.

Carmel Mauda répondra de 18 chefs d’inculpation

Carmel Mauda répondra de 18 chefs d’inculpation

"L'application exposera les détails, la gravité de l'acte, et ouvrira également un canal de communication silencieux où nous pourrons recevoir des demandes anonymes, car nous avons un enquêteur privé qui se porte volontaire pour vérifier les cas", a déclaré M., l'une des mères à l’initiative de la liste noire. Malheureusement, les personnes qui n'ont pas été légalement condamnées ou dont le dossier a été clôturé ne peuvent être inscrites sur la liste". M. a ajouté que 25 cas difficiles avaient d'ores et déjà été comptabilisés, et certains se répètent : " Il est triste de constater qu'elles continuent à exercer et parviennent d'une manière ou d'une autre à être en contact avec les enfants, même une quinzaine d’années après ".

Source : mako.co.il

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi